Contre Son Camp Rien à foot

Borussia Dortmund – Schalke 04 : le bulletin de notes

Professeur Guilty |  8 novembre 2015

chagrin-d-ecole. NOTES

Environ 25 kilomètres séparent ces deux clubs. On peut tout perdre dans la saison, mais pas celui-ci. Les notes de 90 minutes qui ont varié entre beaux gestes, placements aléatoires et contacts appuyés.

Victoire du Borussia 3 buts à 2. Dortmund : Kagawa (30ème), Ginter (43ème), Aubameyang (47ème). Schalke : Huntelaar (33me, 71ème).

Signal Iduna Park : 20/20. Pas besoin de te faire un dessin. Quand dans un seul de ton virage tu as plus d’affluence en un match que Monaco dans sa saison…bon…


Commentateurs (BeIn sports) : 16/20. Jean-Charles Sabatier, toujours aussi chaud quand il s’agît de parler football allemand a répondu présent, son acolyte Marc Pfertzel, ancien jouer de Bochum, soit un local de l’étape, habitué aux joutes de la Ruhr a donné des avis tactiques tout ce qu’il y a de plus simple.


Dortmund : 4/3/3 façon remuant.

Roman Bürki : 13/20. Salement lâché par ses amis défenseurs centraux, il s’en est remis à Dieu, qui ne l’a pas aidé, hormis sur une belle parade qui termine sur le poteau en fin de match et qui aurait vraiment fait mal au moral.

Sokratis : 06/20. Fautif sur le deuxième, il lâche le marquage en contestation par rapport à l’Europe qui lâche son pays.

Mats Hummels (cap.) : 03/20. A ne pas confondre avec un Hummer, le véhicule américain qui défonce tout sur son passage, Mats a plus semblé d’humeur SUV premier prix sans les 4 roues motrices. Un truc de branleur. Fautif sur le premier but suite à une énième relance ratée. En contestation par rapport à le Grèce qui fait chier l’Allemagne.

Marcel Schmelzer : 12/20. Mmoui.

Ilkay Gündogan : 19/20. Un toucher de balle, des prises d’initiatives et un sens du jeu de grande classe. Il a un Casemiro dans chaque orteil pour te donner une idée.

Julian Weigl : 12/20. Une véritable tête à claques, un faux air de Justin Bieber pour ne rien arranger, Julian mériterait des tacles très appuyés. Dans le jeu en revanche, il travaille dans l’ombre de ses camarades. Ce petit sourire narquois en permanence est à proscrire d’urgence.

Shinji Kagawa : 14/20. Il lance parfaitement son équipe d’une tête rageuse du haut de son mètre 20, donne le tempo quand l’équipe bute face à un Schalke qui fait bloc puis se relâche au fil des minutes.

Gonzalo Castro : 17/20. Pas facile d’être fils de dictateur et joueur de football de haut niveau, demande au fils Kadhafi. Notre ami Saadi. Gonzalo donc, a de son côté réussi et a complètement désorienté l’adversaire par des courses illisibles, des placements variés et une justesse technique récompensée par une passe décisive pour Aubam’. Remplacé par Sven Bender à la 87ème pour faire coucou au mur jaune.

Henrikh Mkhitaryan : 17/20. Une passe décisive sur un bijou de corner, de la provocation balle au pied. Le petit Mozart a récité sa partition habituelle.

Pierre-Emerick Aubameyang : 14/20. Après le renard mort sur la tête, voici le hérisson mort. Terrible. Un but pour lui, deux ou trois courses folles mais dans l’ensemble discret. Prend un carton idiot en enlevant son maillot pour montrer un t-shirt de Batman dessous comme tous les petits garçons avant d’enfiler le pyjama. Sauf que là, il y a un arbitre.

Thomas Tuchel : 12/20. Le sosie le plus raté de Rick Grimes, le héros de la série culte The Walking Dead n’a rien changé à ses habitudes. Il a tout misé sur le pressing et le rythme, quitte à parfois mettre toute la team rocket en danger. Les changements interviennent très tard. Pas de véritable coaching pour son premier derby personnel.


Schalke 04 : 4/4/2 façon vieille Angleterre.

Ralf Fährmann : 18/20. Absolument pas fautif sur les buts concédés, il réalise 2 parades réflexes incroyables qui maintiennent l’espoir. Décidément, Schalke sort de bons gardiens.

Junior Caicara : 07/20. Toujours dans le dur.

Roman Neustädter, Joel Matip : 08/20. Même combat pour les deux compères en charnière, pas vraiment dans la difficulté jusqu’au moment où ça part trop vite dans le dos. La tuile soudaine. Neustädter, remplacé à la 89ème par Felix Platte, en hommage à son chat et sa femme.

Dennis Aogo : 11/20. Du Serge Aurier en lui. Rapide, adroit, tendu comme un slip trop petit.

Franco Di Santo : 07/20. L’envie ne fait pas tout, sinon Balmont serait ballon d’or.

Leon Goretzka, Sead Kolasinac : 03/20. Derrière ces deux noms barbares se cachent les deux milieux de terrain axiaux censés bloquer ceux d’en face. Un beau programme. Kolasinac, remplacé à la 69ème par Pierre-Emile Hojbjerg qui vient rajouter encore un putain de prénom composé et quelques belles percées.

Max Meyer : 05/20. Meyer, il n’y avait pas match, si ? C’était pas cet après-midi ? Remplacé à la 56ème par Eric-Maxim Choupo-Moting, tu sais le seul africain au monde à avoir un blaze avec une sonorité asiatique mais aussi un furet mort sur la tête.

Leroy Sané : 16/20. Attention pépite ! Il a la tronche que devait avoir Alex Witsel à 8 ans mais il a mis la misère tout le match à ceux qui osaient aller le défier. Appelé en équipe nationale à 19 ans. C’est de la bombe.

Klaas-Jan Huntelaar : 18/20. Deux occasions, deux buts. C’est aussi simple que cela pour le mort-vivant. Un pur 9 qui fait plaisir.

André Breitenreiter : 14/20. Premier derby pour lui aussi de son côté, bloqué par les blessés et les suspendus, il a tenté dès le début du match une formation inédite en 4/4/2 pour bloquer un maximum le jeu. Ensuite, il a cherché sans cesse à ajuster. Malheureusement, lorsque l’on court après le score, ce n’est jamais évident.


L’arbitre, Dr. Felix Brych : 18/20. Un docteur qui arbitre est un concept intéressant. Au début il a voulu se la jouer fin psychologue en parlant et en tentant de calmer. Finalement, face aux tacles et provocations multiples, il s’est dit qu’il allait faire comme tout le monde. Résultat, 7 cartons jaunes en 55 minutes. Aucune erreur d’arbitrage à signaler.


Homme du match : Ilkay Gündogan.

 

 

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *