Contre Son Camp Rien à foot

Champions League : le 15 septembre de tes héros

Breizh Maduiti |  16 septembre 2015

Professeur Guilty
Brosses à reluire

AstanaL’équipe Astana
Quel plaisir de voir une équipe cycliste participer à la Ligue des champions ! Pour l’occasion, les Kazakhs n’ont pas manqué de porter un maillot jaune. Privés de Vincenzo Nibali et Fabio Aru laissés au repos après l’éprouvant tour d’Espagne (dont s’est fait virer le premier, remporté pour le second), ils n’ont pas su prendre du temps sur leurs adversaires. A noter tout de même que 8 joueurs sur 11 mesuraient plus d’1m90. Un avantage pour les longues étapes de plaines.

Les défaites des deux clubs anglais
Combien de fois il faudra vous dire que le championnat anglais est une blague ? Cela fait plusieurs années qu’ils ne passent pas les quarts. Ce soir, 2/2. Mention spéciale à Manchester United qui n’a pas progressé d’un iota, en investissant pourtant 300 millions par an. Le pélican devrait prendre sa retraite et arrêter de nous brûler la rétine avec son physique irrespectueux.

La Juventus
Menée à tort sur un but qui aurait dû être invalidé, la vieille dame a su troquer sa canne contre une matraque. Big up particulier à Gigi, roi du monde des gardiens. Un grand merci à Chiellini qui a mis un but contre son camp uniquement pour nous faire une dédicace et ainsi célébrer l’ouverture de notre site. A jamais dans nos coeurs.

Les Français un peu partout sur les terrains
Beaucoup ont gagné ce soir, certains ont marqué. Le petit Antoine notamment qui en claque encore deux à Istanbul dans une atmosphère particulière. Gameiro a été aussi très remuant. Une passe décisive pour Pogba. Dédé devait avoir le sourire. Tu sais, ce sourire si particulier avec des dents trop petites et de travers.

Martial en difficulté
Parce que l’on ne devient pas, même en 2015, un joueur niveau Ligue des champions du jour au lendemain en ayant été transféré, alors que l’on a fait quatre matches entiers de ligue 1 dans sa carrière (j’attire le lecteur moyennement averti sur le fait que c’est une vraie statistique et non une figure de style visant à discréditer le petit Anthony qui, par ailleurs, est quelqu’un de charmant. L’autre jour par exemple, nous sommes allés nous promener dans les bois, pendant que Van Gaal n’y était pas et on a bien rigolé). Il pourra marquer des buts les week-end s’il veut. Mais pas là.

Cavani
Un but plein de hargne et surtout sa soif de vaincre, de prouver, de tuer l’adversaire. Un mental à toute épreuve. Un joueur sur qui tu peux compter, même quand tu sais pas compter.

Julian Draxler
Le joueur frisson. Dès qu’il touche la balle, il y a une lumière qui s’allume.

Coups de boule

Des stades pas tous remplis
Les fautifs sont Benfica, Wolfsburg, Séville. Vous vous croyez en Europa League ?

Cristiano Ronaldo qui devient le meilleur buteur de l’histoire de la compétition
Pourquoi lui ? Pourquoi pas un mec sympa ? Pourquoi pas Rio Mavuba ? Pourquoi il n’y a pas de justice dans ce sport ?

fordCertains maillots franchement dégueulasses : Séville en tête
Un maillot qui ne pourrait même pas être porté par une équipe corpo’ des agents de la Poste sans une remarque. Manchester United, trop batave ; et celui de Paris, super devant, incompréhensible derrière. Un peu comme une Ford (ci-contre). Pourquoi mettre une couleur très flashy sur le flocage alors que justement sur le devant même le logo est passé noir et blanc ?

Le Shaktar
Les Ukrainiens prennent une rouste alors qu’ils sont déjà au fond du faitou d’un point de vue géopolitique.

Kévin de Bruyne
Perdu dans la « bruyne », il a tendu la main pour que Sigourney Weaver vienne le sauver, en vain. Ne t’inquiètes pas Kév’, Draxler a déjà pris ta place, et les trois points ce soir. Il te fait la bise. Et lui, il n’a pas joué 20 minutes.

 

 

Breizh Maduiti

Brosse à reluire
La Juve remue toujours
Privé de son duo de chiens de la casse Tevez-Vidal et de son génie Pirlo, le dernier finaliste réalisait jusque-là un début de saison poussif. Seulement un point au compteur, des recrues timorées, un Allegri plus aussi propre sur lui. Certains esprits chagrins avaient annoncé sur le déclin, voire enterrée la Juve. Et pourtant, après 90 minutes à l’Italienne, et avoir été menés sur une injustice, les Bianconeri ont une fois de plus prouvé à l’Europe entière qu’il fallait respecter les Vieilles dames. Et pas besoin de les aider à traverser la route pour fermer leurs claque-merdes à de ces prétentieux de City, at home qui plus est ; le leader incontesté de Première league confirmant, une fois de plus, son statut de bleuzaille européenne. Une passe laser de Paulo Pogba pour cette teigne de Mandzukic puis une merveille de tir enroulé dos au but du meilleur 9 espagnol (Morata), et c’en était plié des locataires de l’Etihad Stadium. Si on ajoute au tableau, les parades de l’inusable Buffon – tu sais celui dont ta femme aime bien « les beaux yeux bleus » – et ce sont tous les Citizens qui repartent la queue entre les pattes. Le secret ? « La tactique plus forte que le spectacle », sèche Pat Evra. Notre gréviste en chef s’est reconverti en joueur de foot (malgré quelques absences, normal à 34 ans…) et enchaîne les punchlines au micro quand Ludo Giuly rôde en costard dans les parages. Ok, Roland Tournevis ?

Coup de boule
ArbitresDes arbitres ont encore avalé leur sifflet
En Champions league, le niveau monte, sauf pour quelques arbitres, toujours prêts à donner du sifflet en mode CFA. Après cette première journée, l’éternelle question de la vidéo mérite à nouveau de revenir sur le tapis. Platoche devient de plus en plus seul dans le camp des antis. Un penalty sifflé (et réclamé) en faveur de (cette baltringue) de CR7 pour un ballon contré…du dos, qui tue le match face au Shaktar Donesk. Un CSC accordé après un saut de cabri de Kompany sur le dos de Chiellini. Trois points blancs aux 9 mètres désignés en un quart d’heure pour le FC Séville : bonjour l’esprit du jeu ! Et l’application de cette nouvelle règle hallucinante pour refuser le but du (3-0) à Lavezzi, dans les arrêts de jeu de PSG-Malmö. L’explication a été apportée par Lolo Blanc, apparemment de retour d’un congrès de l’UEFA : « La décision était bien valable. Edi (Cavani) était en position de hors jeu et gênait l’intervention du gardien. » Les portiers devront bientôt ne plus être masqués pour que l’homme au sifflet se décide à désigner le rond central ? Ridicule. Comme ces arbitres derrière les buts, aussi utiles qu’un discours formaté de Di Maria à Anne-Laure (les yeux dans le) Bonnet.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *