Contre Son Camp Rien à foot

Champions league : le 16 septembre de tes héros

Breizh Maduiti |  17 septembre 2015

Dr Cevan Bommel

Bulletin de notes : La Gantoise – Lyon (1-1)

L’équipe de Gand a été sérieuse, rugueuse comme des flamants « rosses », souvent maladroite mais toujours solidaire. Ils ont parfois péché dans la finition, mais n’ont jamais manqué d’envie et de style. Sauf l’entraîneur qui a mangé trop de potjevleesch. Milicevic, et Kuns (Francis, transféré de Groland) ont été beaux par leur vaillance, Laurent Depoitre a fait pleurer les supporters des clubs français qui cherchaient un 9 cet été.

En se rendant à la Gantoise pour débuter la C1, les Lyonnais ont eu peur de l’examen proctologique. Ils s’en sont chiés dessus.
gants

Rafael : 10/20. volontaire et bordélique. Manquait d’amour avec Ferri qui a coulé et petit vélo. Remplacé par Jallet (13/20) qui a marqué. C’est triste d’en arriver là.

Umtiti et Morel : 5/20. Le premier aurait pu se faire exclure, le deuxième cherchait des gaufres sur le but ou renvoyait des balles en tribune. Le couple a souvent été dépassé.

Tolisso : 3/20. candidat pour remplacer Michalak, il a transformé plusieurs pénalités, s’est fait tacler ce qui a conduit au premier carton rouge, c’est sa meilleure action du match.

Valbuena : 13/20. tente d’être le héros, roulade, tir de loin, simulation, le corner offrant le but. C’était le seul à la hauteur.Bernard Lacombe en a pleuré.

Lacazette : 12/20. si quelqu’un lui met moins il va continuer de déprimer et vendanger. Il s’est créé de nombreuses actions. Il a essayé, il a été volontaire, rapide en profondeur, a raté son pénalty.

Les autres : 7/20 passable. À 11 contre 10, puis 9, le match s’est équilibré.

Il est possible qu’en C1, dans le Stade des lumières, les seules à briller soit les projos neufs.


Professeur Guilty

Brosses à reluire

  • Le but FIFA édition 2003 d’Alessandro Florenzi (Roma). 55 mètres, le long de la ligne, easy. Second souffle pour lui depuis que le sergent Garcia l’a repositionné en latéral droit.
  • Après l’humiliation de Gareth Bale sur Marc Bartra, celle de Mohamed Salah sur Jordi Alba. Salah Malikoum. Moins d’une minute plus tard, Edin Dzeko met un petit pont à notre ami le sot Pique(t). Il est important de préciser qu’il est toujours plaisant et surtout très important pour avoir un bon équilibre psychologique de voir un joueur du Barça en difficulté.
  • Des vieux potes de Ligue 1 par-ci par là : Paulo Machado, malheureusement sans sa moustache, Vincent Aboubakar, Ideye Brown.
  • San Iker Casillas, titulaire à Porto.
  • Les clubs Anglais (3/4). Il va bientôt falloir donner une médaille à Chelsea. Pas assez rentable cette coupe d’Europe de merde.
  • Ben Haïm (Tel Aviv). Le seul joueur de la compétition à faire plus de 130 kilos. Même sa grande sœur Valérie ne se permet pas.
    hulk-578088_640
  • Le deuxième but de Hulk tout droit sorti d’un Marvel. Avec une telle puissance dans les cuisses, il a les watts suffisantes pour faire cuire un poulet dans un micro onde.
  • Chicharito qui continue son petit tour d’Europe, toujours dans des clubs qui jouent la LDC. Attention, prochaine étape : Rennes !

 

 

 

Coups de boule

  • Tu veux que l’on parle vraiment de Giroud ?
  • Et de Koscielny qui se fait bouger comme un tulliste introverti ?
  • Grosse déception de la part du génie Guardiola, l’homme qui réinvente le football toutes les 10 minutes. Pas inspiré, il a mis les joueurs à des places plutôt adaptées. En plus c’est pas rigolo il fait rentrer Götze et là : oh ! II marque ! C’est dommage ça quand même ! A quand Neuer en pointe, Müller en 5, Vidal au but ? Une formation en 1/1/8/1 ?

Hors football :

  • Très mauvais arbitrage sur le match de handball Roma/Barcelone. Depuis quand peut-on tourner autour de la zone indéfiniment ? Et le refus de jeu ? La montre Monsieur l’arbitre ? Non ? Jamais ?
  • Et sinon le club de Jean-Michel Aulas c’est quand qu’il commence en Europa League ? Jeudi ?

 

Breizh Matuidi

Brosses à reluire

Trois coups de fusil venus de la droite
Et pan, Cancelo expédie une cahuète de 30 mètres au premier poteau. Le latéral droit portugais de Valence a le sens du rachat après un corner raté. Et boum, une spéciale grosse frappe teutonne signée Thomas Müller dans la lunette grecque. Et Syriza prend encore un coup avec la mère Merkel. Deux frappes en mousse comparées au bijou du latéral droit romain Florenzi face au Barça. Moteur : récupération tout en hargne du formé au club, remontée rageuse flirtant avec la ligne de touche, avant de déclencher une ogive de 50 mètres qui vient lober Ter Stegen, presque 2 m sous toise. Poteau rentrant. Un problème Monsieur Bernard Mendy ?

pitCombat de pits à L’Olympico
A Rome, en matière de combats de gladiateurs, on s’y connaît. Au Stade Olympique, le Colisée moderne, le duel de chiens méchants Suarez-Naingollan a viré au nul, comme la rencontre. Sur la feuille de match : un blessé chacun et une égalité parfaite en coups de pute. Scezny tente de chercher la pouille à l’Urugayen ? Une main en moins 20 minutes après. Rafinha, à peine entré en jeu, dribble le punk à chiens belge ? Une cheville gnaquée. Les tifosi n’ont pas osé baisser le pouce. Pourquoi ? De peur de se le faire bouffer ou a minima mordre par le spécialiste.

 


Dikkenek à la Gantoise

Une belle histoire de la coupe de France transposée en format Vieux continent. Un entraîneur gaulé comme un taureau et sapé comme un garçon de café. Un Indien bleu en mascotte (Super Victor, il est temps d’aller au lit). Et cet improbable Depoitre, un 9 à l’ancienne, au physique de docker d’Anvers, avec qui tu rêves de couler des Jupiler au comptoir. Y’a pas à dire, depuis le (4-3) au Stade de France, les Belges continuent à nous humilier sévère.

Coups de boule

Les frustrants du jours : les Lyonnais
Un pénalty raté par Lacazette (aussi habile en ce début de saison qu’à son époque avec les tresses) et une pelletée d’occases foirées. Les Gônes n’y arrivent pas. La preuve : le buteur s’appelle Christophe Jallet. Le pire : les joueurs des Flandres (pas Eric) étaient menés, en infériorité numérique ; ils ont même fini à 9 contre 11 après deux expulsions sévères. En somme, deux points perdus un peu bêtement. Va pas falloir se louper à Gerland face à des Valencians le mords entre les dents après leur défaite à domicile face au Zénith. Ce serait quand même con de pas avoir la musique de la Ligue des champions au nouveau stade des Lumières.

Un Digne et RoudGi
Messi lui a cassé dix fois les reins et s’est même essuyé les crampons sur son petit peton lors de l’ouverture du score. Alors, Lucas Digne a pleuré. Mais la Curva Sud n’est pas dupe et a tenu a lui rappeler qu’on était pas à Pierre-Mauroy ici. Noyé dans un verre vittel grenadine depuis son transfert au PSG, le futur grand espoir du côté gauche, n’a pas montré qu’il était encore prêt à sortir la tête de l’eau à la Roma. Et pendant ce temps-là, Patoche Evra fait des bombes à Turin.
Naufrage toujours, Olivier Giroud. Une énorme occase manquée et deux biscottes synonymes de vestiaire illico presto. Délit de belle gueule ou consigne d’Arsène Wenger à l’arbitre pour laisser Walcott peinard en pointe ?

Iker Casillas, retraité en activité
Aux oubliettes le mur de Bernabeu. Salut la Sierra Nevada de la Roja. Depuis deux ans, San Iker fait surtout penser à un petit curé de province qu’a plus toute sa tête. En tout cas plus ses mains. Une sortie manquée (ou plutôt inexistante), et le bel hidalgo laisse, avec la naïveté d’un poussin, le Dynamo Kiev arracher le nul face à Porto dans les arrêts de jeu. Bon ok, quand on a tout gagné et qu’on est consolé par Sara Carbonero, on s’en branle un peu, quoi. Ca va, hein…

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *