Contre Son Camp Rien à foot

Champions League : le 20 octobre de tes héros

Breizh Maduiti |  21 octobre 2015

Trois héros, deux matchs. Zenith-Lyon, mal avalé par Breizh Maduiti, et Arsenal-Bayern, dégusté côté allemand par le Docteur Cevan Bommel et disséqué côté londonien par le Professeur Guilty. Allez, c’est bon, tu peux poser L’Équipe et son ton pseudo intello du foot, pour prendre ta viennoiserie de bonne humeur. Avec ABBA, Daho et Goldman dans les esgourdes. Oui, CSC aime le rétro.

Breizh Maduiti
Désespéré, avec sa tisane et sa pomme, devant Zenith Saint-Petersbourg-Olympique lyonnnais (3-1).

Buts. Zenith : Dzyuba (3e), Hulk (56e), Danny (82e). OL : Lacazette (49e)

Lyon perd une fois de plus, avec ce sentiment récurrent qu’il y avait de la place. Trois pions encaissés, comme deux laxismes défensifs et un but avec un dernier passeur hors-jeu. Frustrant. En somme, le prototype du club français avant l’époque QSG. Il va  falloir, à moins d’un miracle, se préparer à jouer le jeudi soir.

La douche à la vodka, tu connais mon p'tit Gône ?

La douche à la vodka, tu connais p’tit Gône ?

J’ai aimé
• La talonnade de Lacazette, tout en toucher, sur le but.
• Le public russe, inaudible sur chaque réalisation (un son pourri ou la censure de tonton Vladimir ?) mais chanteur en diable. Les choeurs de l’armée rouge sont de retour. Manquerait plus que Jean-Jacques Goldman rapplique.
• La pelouse, la première digne de ce nom en « Soviétie », à plusieurs brins de gazon bien vert des champs de patates habituels.
• Christophe Jallet, second acte, en mode trombone à coulisses. Auteur aussi de la fausse note du premier acte, avec sa passe ratée qui amène le but.
• Rafael, second acte. Le Brésilien avait noué son bandeau bleu de Tortue ninja. Une bestiole un peu maboule, désordonnée mais pleine d’envie. Bon, le cousin ruskov de Shredder peut quand même dormir sur ses deux oreilles.
• Danny, meilleur que la copine d’Étienne Daho. A proposé un duel au soleil de passes frissons à Gonalons. Évidemment, le Portugais a gagné.
• Hulk, c’est le plus fort, c’est dégueulasse (avec ce physique ingrat) mais faut l’accepter. Et ne pas le laisser, seul, motoculter le terrain. Hein, Alex ?

Je n’ai pas aimé
• Lopès, gardien en équipe B de Saint-Maur. Des appuis préoccupants (cinq vodkas dans la musette ?) sur le but de Hulk et la précision de Fred Michalak (presque) contré dans ses relances au pied.
• Des ballons de plage pour la Champions League, c’est vraiment trop léger. Hulk est un gros bourrin mais quand même…
• La défense et le milieu en bois de Lyon, naïfs comme une équipe de poussins et bouffés tout le match par leurs vis-à-vis.
• Les commentaires, niveau France télévisions, du duo Josse-Baup sur BeIN 1, prêt à faire passer la banale équipe du Zénith pour un ténor de la coupe aux grandes oreilles.
• Anne-Laure Bonnet, la femme de terrain sur BeIN. Elle est mimi, polyglotte et connaît le ballon, la p’tite Anne-Laure. D’accord, c’est pas Sophie Thalmann, mais bon, qu’est qu’elle nous les brise avec ses remarques à la con, sur la traduction « jamesbondienne » du premier buteur Dzyuba.

Docteur Cevan Bommel
Heureux malgré le score, les yeux plongés dans sa bouteille de Paulaner. Arsenal-Bayern Münich  (2-0)
Buts : Giroud (77e), Özil (93e)

Dis donc, c'est ma première frelatée de la saison !

Dis donc, la première frelatée de la saison !

J’ai aimé
• Douglas Costa. Dribbleur, rapide, brillant. Frank Ribéry aura une bien belle concurrence.
• La présence de Neuer, sauf sur sa sortie ratée.
• Alaba, y’a des tempêtes et des naufrages, libre… Plutôt performant bien qu’il soit aligné dans l’axe.
• La sérénité de Lahm sur sa tête en retrait pour Neuer. Maîtrisé, peinard, un très grand joueur.

Je n’ai pas aimé
• Le coaching de Pep, qui sort en même temps Vidal et Xabi Alonso, ce qui affaiblit fortement les sorties de balles. Ça s’est vu.
• Kimmich Kimmich Kimmich a men, after midnight. Il a remplacé Xabi Alonso, 75 ans, lent mais toujours bien placé. Kimmich est plus rapide, mais moins bien placé. Ça s’est vu aussi.
• «Tu sais faire des passes. Je fais pas que ça », me disait une fois Natalia en se rhabillant à l’hôtel. Eh bien, Pep le magnifique devrait s’inspirer de ça. Tiki takata, Bro, et (2-0).

Professeur Guilty
Prêt à allumer la mèche, les yeux rivés sur le nord de Londres.

Et pan, un Müller en moins. En même temps, il en reste un paquet.

Et pan, un Müller en moins. En même temps, il en reste un paquet en Bavière.

J’ai aimé
Arsène qui, plutôt que de mourir avec ses idées, a préféré essayer quelque chose. Jouer bas, ressortir proprement.
• Petr.
• La charnière centrale habituelle, pourtant la plus lente et la plus inquiétante du haut niveau, qui a tenu bon la barre et les vents. Ceux de Bob notamment.
• Bellerin. Quand tu prends autant de dribbles par Doug’ Costa en 90 minutes, c’est plus de la foudre que tu prends, c’est du foutre. En plein visage. Et pourtant, sur un sursaut, il va offrir le deuxième à Nemo.
• Notre ami Francis Coquelin qui a touché son premier ballon à la 35e environ. Très bonne blague.
• Olivier Guy Roux qui fait une très belle sortie de banc. Impact player.
• L’ambiance au stade. Idéale pour piquer un petit roupillon dans son lit.
• Tout ce qui peut permettre à Pep d’avoir tord, avec son terrorisme de la possession.

Je n’ai pas aimé

• Aaron Ramsey, le boulet. Le seul à jouer en crampons NB. Le seul à lever les bras sur la tête de Walcott, ce qui lui fait perdre les cinq dixièmes pour la reprendre le premier. Et, pour finir, le seul à tenter un pressing. Conséquence : il se claque. Encore plus funny que quand il est avec son compère Éric Judor.
• Sanchez/Özil. Indignes.
• Walcott, qui a de vrais soucis de finition. Une Clio 4.

 

 

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *