Contre Son Camp Rien à foot

Champions League : le 3 novembre de tes héros

Breizh Maduiti |  4 novembre 2015

Real Madrid – PSG : 1-0
But : Nacho (35e)

Breizh Maduiti
Avec sa Breizhette Maduitette dans les bras devant BeIN

Mon Sherrer, tu veux un bon café de Paris ?

Mon Sherrer, tu veux un bon café de Paris ?

J’ai aimé
• Le PSG, des stars qui jouent en équipe, un collectif, des redoublements de passes. C’était vraiment la même équipe au Parc ?
• Maxwell, café crème sur café crème. Une technique hors pair. Les années ne semblent pas avoir d’emprise sur le solex brésilien du couloir gauche.
• Le milieu parisien, avec un Thiago Motta impérial et un Blaise toujours aussi chaud. Même quand Marco se blesse, Adrien, de moins en moins d’acné, le remplace presque comme un vieux briscard. Maman va pouvoir peser encore plus dans la négo’
• Di Maria. Je vous salue Angel, plein de grâce. Le coton-tige argentin choisit ses matchs, les grands de préférence. Et ces modèles d’extérieurs du pied.
• Trapp, deuxième période, héroïque, en mode Omeyer période Kiel.
• Aurier, pour sa débauche d’énergie. Simple, le beau Serge était partout. A même suivi Cristiano à l’urinoir. Bon, revers de la médaille, il a fini par centrer comme Bernard Mendy.
• Varane. C’est qui Pépé ? Le Frenchie prend de plus en plus d’épaisseur. Si le PSG  a surdominé, à deux exceptions près, Zlatan et Cavani n’ont pas souvent pu dégaîner dans la surface. Raphaël mord enfin les mollets. De quoi déclencher l’horrible sourire de la Dèche.
• Nacho. Il a le blase de ton correspondant d’espagnol et c’est lui le héros. Chanceux d’accord, mais il fallait la mettre

Je n’ai pas aimé
• La blessure à la con de Verratti, tout seul.
• Trapp, 35e, une sortie à cacher aux écoles de foot. La cagade, le retour. Contre Bordeaux, c’était moche mais y’avait pas d’enjeu. Tandis que là…
• Qui veut toucher la chatte à la voisine madrilène ?
• L’arrogance de Lolo Blanc, désormais totalement à l’aise dans le costume parisien. Être persuadé d’avoir piétiné Madrid, c’est en partie vrai, mon Lolo. N’empêche, tu repars broucouille de Bernabeu.
• Un bon match et cocorico, Paris peut gagner la Ligue des Champions. Mais oui, BeIN. Vendre sa soupe, c’est bien. Rester mesuré, c’est mieux.

Professeur Guilty
Avec sa règle, prêt à livrer la seule analyse valable sur le PSG

Alors Michel, ils ont quoi Verratti et Marcelo ?

Alors Michel, ils ont quoi Verratti et Marcelo ?

J’ai aimé 

• Les supporters parisiens, certainement les vrais, ceux qui n’ont plus le droit d’aller dans le 16ème, que l’on a plus entendu que les 80 000 madrilènes.
• La défense parisienne, prompte.
• Thiago Motta qui se met la pression bien bien loin dans son cerveau et qui sert un très bon match, Rabiot semble prendre son chemin et c’est une très bonne nouvelle. Ce sera la meilleure recrue parisienne.
• Le quart d’heure infirmerie du début du match, sympa quand tu veux regarder Le magazine de la santé en même temps que du football.
• Tony Kroos, toujours aussi élégant, toujours aussi propre, toujours aussi important. Vendu pour rappel 10 millions d’euros à Madrid, soit 2 millions moins cher que Thauvin.
• Varane, taille patron.

Je n’ai pas aimé

• Fichtre, mais pourquoi Paris joue tant à la baballe ? N’importe quel pimpin aura pu constater que Madrid n’était pas bien du tout, pourquoi ne pas essayer de marquer ? Pourquoi attendre d’être mené ? Pourquoi ? Sur chaque attaque il y avait danger nom d’une pipe. Pourquoi Blanc n’enverrait-il pas un message fort du genre « Hé les mecs, j’ai une idée ! Si on essayait de marquer des buts ? ». Non parce qu’après tu peux dire ce que tu veux du match mais tu ramènes 0 point. Un point sur l’ensemble des deux matchs contre l’équipe B de Madrid. Ne parle pas de titre possible en coupe d’Europe. S’il te plaît. Il n’y en a aucun.
• Kévin Trapp. Bon match, sauf sur cette sortie improbable. Là, attention Kévin, celle-ci est digne des plus grands bétisier en VHS de TF1 époque 1992. C’est strictement interdit. Qu’est-ce qu’il s’est passé dans ta tête ?
• Le trio offensif. Entre un Zlatan qui ne sait toujours pas se situer dans une surface à 34 ans alors qu’il y a eu 24 centres, 24 centres ! 24 putain de centres ! Un Cavani toujours exilé qui du coup manque de confiance quand il est en position de marquer et un Di Maria qui fait tout et n’importe quoi, ça manque clairement d’organisation, de logique et d’efficacité.
• François Hollande qui perd du temps sur le banc du Real au lieu de s’occuper de la France.
Manchester United – CSKA Moskou : 1-0
But : Rooney (78e)

Docteur Cevan Bommel
A la mode anglaise, téléporté à Old Trafford

Après des matchs de Ligue 1 du week-end dernier qui sentaient la moisissure, j’ai voulu me remettre dans des odeurs de cuir, de sueur et de bière. Direction Old Trafford ! Un match entre les hommes de l’Armée rouge et les Diables rouges, ce n’est pas pour les daltonien
L’Armée rouge gagnait avant. Plus aujourd’hui, et encore moins au foot. Depuis, ils chantent.

L'Armée rouge gagnait avant. Plus aujourd'hui, et encore moins au foot. Depuis, ils chantent.

L’Armée rouge gagnait avant. Plus aujourd’hui, et encore moins au foot. Depuis, ils chantent.

J’ai aimé

• Le triangle défensif du CSKA, Akinfeev, Ignashevich et Berezutski. Les vétérans de l’Armée rouge jouent ensemble depuis 13 ans. Ça créé des automatiques.
• La défense de MU Smalling et Young  qui se jette sur la ligne pour suppléer De Gea qui avait fait un premier bel arrêt, récupéré par Seydou Doumbia qui a retenté sa chance.
• Et oui, Young n’est plus jeune, ni ailier. Van Goule l’a positionné en arrière-gauche, ce qui lui a permis de faire comme d’habitude de belles montées, une belle tentative de simulation. Et il a plutôt bien tenu son côté. Aloysius Van Gaal, patron.

Je n’ai pas aimé

• Les doutes de MU : toute l’équipe est en méforme. Quand Mata dort, il n’y a pas de banderilles. Wayne Rouillé, lent, seul avec le ballon dans les pieds face au gardien à la 70ème, a beaucoup loupé malgré son but. Martial était court : sifflé à sa sortie Martial bâilla, rata, mis sous cloche. Schweincasper n’a pas fait une frappe de loin. Lindegard a été inexistant à gauche, jusqu’à ce qu’il coulisse à droite et se transforme en bon joueur de foot, offrant une passe décisive et tentant une belle frappe.
• La stratégie du CSKA, rideau de fer, en refusant  le ballon, souhaitant juste contrer. De bons joueurs comme Alan Dzagoev ont servi leur drapeau, mais sans exploiter ses qualités. Du coup, le match a été une attaque maladroite contre une défense solidaire. L’Armée rouge n’a pas connu l’enfer, mais a été vaincue 1-0 par les diables. Et MU prend la tête du groupe.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *