Contre Son Camp Rien à foot

Champions League : le 4 novembre de tes héros

Dr Cevan Bommel |  5 novembre 2015

Résultats des courses :

Lyon – Zénith Saint-Pétersbourg : 0-2  (25e A.Dzyuba, 57e A.Dzyuba)

Bayern Munich – Arsenal : 5-1 (10e R.Lewandowski, 29e T.Müller,44e D.Alaba, 55e A.Robben, 89e T.Müller, 69e O.Giroud)

Olympiakos – Dinamo Zagreb : 2-1  (65e F.Pardo, 90e F.Pardo, 21e A.Hodzic)

Chelsea – Dynamo Kiev : 2-1 (34e csc A.Dragovic, 83e Willian, 78e A.Dragovic)

La Gantoise – Valence CF : 1-0 (49e sp S.Kums)

AS Roma – Bayer Leverkusen: 3-2  (2e M.Salah, 29e E.Dzeko, 81e sp M.Pjanic, 46e A.Mehmedi, 51e J.Fernandel)

FC Barcelone – BATE Borisov : 3-0  (30e sp Neymar, 60e L.Suarez, 83e Neymar)

Maccabi Tel Aviv – FC Porto : 1-3 ( 75e sp E.Zahavi,  19e C.Tello Ai se eu te pego, 49e A.André, 72e M.Layun)

 

Professeur Guilty

En mode détente et jardin, moisson de buts, en multiplex sur BeIN sports.

J’ai aimé :

Le Professeur Guilty, en mode multiplex

Le Professeur Guilty, en mode multiplex

• La prestation du Bayern München à la maison. La question est de savoir qui sera capable de ne pas prendre une rouste là-bas, où il y a des tempêtes et des naufrages. Évidemment, on savait tous qu’Arsenal repartirait avec la valise pleine à craquer. Big-up à Alaba pour son superbe but. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui sont capables de jouer en défense centrale et capables de ce genre d’enroulé. Alaba, le joueur capable.

• L’intensité globale des matchs. On sent bien que le besoin de points pour certains est urgent. C’est ça la Champions.

• L’ambiance de gue-din à l’Olympiakos. Sur le deuxième but de Felipe Pardo, qui dans le même temps envoie Arsenal en enfer, la légende raconte que l’on a ressenti des secousses jusqu’en Turquie. Felipe, fils de Bernard, qui s’offre donc un doublé alors qu’il rentre à la 64ème et que son équipe est menée (0-1), a vécu la soirée de sa vie sous les feux des projecteurs. Ici, on aime les belles histoires.

• Oleksandr Shovkovskiy, le gardien du Dynamo Kiev, 40 printemps, toujours présent et une putain de tronche d’alcoolique comme on en fait presque plus. Dieu, que ça fait du bien.

• Dynamo toujours, le superbe CSC en notre hommage de la part de Dragovic, qui pour l’occasion avait sorti la couleur de cheveux la plus sale depuis les roumains en coupe du monde.

• Le belle victoire de Gent, la Gantoise si tu préfères, non pas parce qu’elle arrange Lyon, mais parce qu’ils le méritent et prouvent surtout qu’un projet monté intelligemment permet d’être compétitif même quand on n’a pas le sou. Et battre une équipe avec un gardien qui s’appelle Domenech est la moindre des politesses.

• La Roma et Chelsea, pour leur mental d’acier. Tous deux rejoints, ils ont ferraillé pour aller chercher les points. Décidément, la Roma et le Bayer, c’est du grand n’importe quoi. Encore 5 buts hier soir et des remontées spectaculaires.

• La défaite de Lyon, qui confirme, ça fait plaisir. Quand on n’a pas le niveau, il faut être content pour les autres. Bravo le Zénith, qui fait une belle campagne avec le « Spécial Two » aux commandes.

• Guy Roux Olivier, attaquant d’Arsenal, qui claque une belle reprise.

• Une avalanche de buts encore. 27 pour 8 matchs. Soit plus de 3 en moyenne. C’est pas la Ligue 1.

J’ai pas aimé

• Voir le Maccabi perdre encore alors que le stade était chaud, chaud, chaud. Zéro point au compteur en 4 journées, c’est dur.

• Mourinho. Tête de cul a encore voulu faire son malin et a laissé sur le banc Pedro, Cahill et Hazard. Il a même poussé le bouchon en mettant un certain Baba latéral gauche. Et puis, comme par magie, lorsque son équipé s’est faite reprendre à la 77ème il fait rentrer qui ? Hazard, Pedro et plus tard Cahill. Petite bite.

• Neymar, hier soir, nous a fait un festival stylistique. Un bandeau sur la tête, digne des pires choses jamais vues dans ce sport. D’après les commentateurs il préparerait une coupe de cheveux spéciale pour le classico. Pardon ?

 

Dr Cevan Bommel

La bave aux lèves après Arsenal-Bayern, j’attendais la revanche des Allemands avec le retour des blessés curieusement remis après la fin de l’Oktober Fest.

 

J’ai aimé

SpankGirls1903

Arsène serre les dents !

• Les va-et-vient du Bayern, rapides, intenses, perturbaient toujours le nubile Arsenal qui ne savait comment agir, et se contentait de remuer lascivement. Des passes lobées en veux-tu en voilà, des passes en profondeur, des caresses du ballon par Douglas Costa. Huuuuum…
Des la 15ème minute, j'étais séduit, cette Allemagne, qui a su nous faire dormir avec Derrick, sait aussi nous électriser, même sans chaise. Impossible de faire un Candy crush simultanément ou la cuisine comme devant tout match de Ligue 1 ou de Jupiler League.

• Alaba, y’a des tempêtes et des naufrages, mais chez l’adversaire. Il s’ennuyait derrière et est venu montrer à l’équipe adverse qu’il pouvait aussi jouer attaquant et faire mieux que Sanchez.

• Le petit remplaçant Robben, qui vient tamponner son avis médical pour sa reprise : un but dans la minute où il rentre. Apte !

• Gabriel Tourista, le remplaçant de Kosnielsky, qui a l’avantage de faire briller l’absent et de transformer Mertesacker en poteau. Un spectacle.

• Cech : oui, il est reparti avec la besace pleine, mais pourtant il a multiplié les parades de classe, et a permis de rester au stade de la fessée et de ne pas arriver à l’orgie masochiste. Un champion au milieu des babies gunners.

• Ne pas pouvoir dire du mal de Guardiola, avec des passes vers l’avant.

 

Je n’ai pas aimé

• La Bayernie discale pour Arsenal,  après un match comme cela, on se réveille avec une sacré douleur en bas du dos ! Arsène, comme tout Alsacien hésitait entre fascination et horreur devant la fougue germanique. Prostré sur le banc, il a subi.

• L’excuse des absents, côté Arsenal. Il y avait une pluie d’absents, oui, mais côté Bayern de nombreux joueurs étaient en phase de reprise et pas encore au top sur le banc. Koman, il a été recruté pour 2017, pas pour cette année. Tu as pris le Bayern pour qui ? Il y avait la défense centrale titulaire Benatia et Badstuber, Robben, Rafinha, et Vidal. Ribéry toujours à la cave. Rien que ça. L’écart de niveau entre les deux bancs s’est méchamment vue.

De beaux machs !

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *