Contre Son Camp Rien à foot

EURO 2016. France-Irlande (2-1) : le bulletin de notes

Dr Cevan Bommel |  27 juin 2016

Buts – Irlande : 2′ sp R.Brady, France : 58′ A.Griezmann, 61′ A.Griezmann
Tes superhéros ont sorti leurs slips bleus-blancs-rouges. Mais le stress est passé par là et ils sont à nettoyer, comme le jeu de l’équipe de France.
.
PROFESSEUR GUILTY
Finalement très heureux du déroulement de ce huitième, très bien négocié. Maintenant l’essentiel est de passer, alors quand le balai sort du cul à partir de 45 minutes, c’est encore mieux.

Dab_tak_adil

T’as qu’Adil, et ça fait rire du monde !

Lloris : 16. Très précieux dans les airs au milieu des golgoths adverses, bon dans la relance, il a impulsé le tempo.

Sagna : 14. Une passe décisive ailleurs qu’à l’entraînement ou en match amical, rien que ça, c’est un événement en soi. Du bon boulot défensif et le minimum en apport offensif si l’on met de côté cette inspiration divine. De toute façon, il est inamovible donc autant être positif.

Koscielny : 18. Le taulier derrière, c’est lui. Déjà très bon en matchs de poules, il a prouvé que l’on peut compter sur lui même quand on lui rentre dans la meule. Il a gagné son totem d’immunité jusqu’à la fin du tournoi. Koko Lanta.

Rami : 8. La glissade qui entraîne la panique sur le penalty, c’est lui, les relances moyennes, c’est lui, le marquage parfois laxiste, c’est lui, le carton jaune pour se suspendre lui-même pour les quarts, c’est lui. Bonne idée.

Evra : 3. Christophe Rocancourt va t-il continuer d’escroquer la France encore longtemps ?

.
BREIZH MADUITI
Pour la première fois de l’Euro, fier de son pseudo, à partir de la 45e

Pogba : 9. Il est retombé en U20. Inspiré par son copain de la Juve Evra, il a concédé un penalty stupide en s’emmêlant les crayons. Ensuite, il a voulu se la jouer sauveur de la nation. Les grigris c’est sympa mais jouer pour les copains c’est mieux. DD a mis fin à son caprice de jouer à gauche à la mi-temps. Repositionné plus bas, il a joué plus simple et la lumière éteinte depuis le début de l’Euro s’est rallumée.

.
Matuidi : 14. Une première mi-temps odieuse dans un positionnement à droite où sa dépendance du pied gauche a provoqué des fractures oculaires. Transfiguré après la pause, il a retrouvé sa place et son modjo comme quand il marchait sur l’eau en début de saison. Blaise est redevenu braise. Récupérateur en diable, dévoreur d’espaces et même harangueur de foule. Il aurait presque pu terminer sa belle fin d’après-midi lyonnaise par un marathon le long du Rhône. Co-homme de la deuxième mi-temps avec le blondinet de devant.
.
Kanté : 10. Kirikou a mordu des mollets et a agressé du celtique. Par contre, dans la créativité au milieu, fait rare, le renard n’avait pas le museau très fin. Sa biscotte de frustration le prive du prochain match et sûrement de la 2e mi-temps.
.
DOCTEUR CEVAN BOMMEL
Dépression puis explosion, cacheton puis houblon, bipolaire devant sa télé, comme l’EDF.
.
Coman : 13. Il a remplacé Kanté à la mi-temps, ce qui a permis de ne plus demander à Matuidi de peser offensivement. C’est charitable. Il a tenté des choses, s’est perdu dans des dribbles, puis a perdu sa cheville et s’est fait remplacer par Sissoko dans le temps additionnel, simple figurant. 
 .
Griezmann : 16. Pendant 45 minutes, il a été invisible et martyrisé, de temps en temps il se rebellait, mais le bouc émissaire de la classe s’est tellement fait remonter par papa Deschamps qu’en seconde, il a enterré ses tortionnaires. Deux buts. Classe. Il s’est fait découper par Duffy, la blonde, à qui il ne dira pas mercy. Remplacé par Gignac à la 74ème, qui a tenté sa spéciale qui a fini sur la barre.  
 .
Payet : 13. Un des seuls à tenter des mouvements en première mi-temps, mais stériles. Puis en seconde mi temps, avec des transmissions plus rapides on le voit moins et on y gagne plus. Le syndrome Valbuena. 
 .
Giroud : 20. Le giroubroyeur avait fort à faire avec des chocs répétés. Il s’y est collé sérieusement. Mais même si son chrome n’a pas brillé, il a été performant. Et a tout broyé. Des remises comme en fin de soldes, une passe en profondeur qui amène à l’expulsion, une passe pour le deuxième but, quoi de mieux ? Le 9 parfait qui crée les espaces pour ses camarades.
Giroudbroyeur

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *