Contre Son Camp Rien à foot

EURO 2016. France-Islande (5-2) : le bulletin de notes

Dr Cevan Bommel |  4 juillet 2016

Dernier quart de finale de la compèt’. Déjà. Dans un Stade de France où la belle histoire du moment, des Islandais qui tapent dans leurs mains vont devoir aussi taper dans un ballon contre la France.
L’équipe CSC, satisfaite de la compo de la Dèche, impatients de voir si les promesses entrevues depuis le début de l’Euro pourront faire chavirer le casting de la série Viking. Breizh supervise la défense, le Dr Cevan Bommel le milieu, Guilty l’attaque.

vikings

Le 11 titulaire de l’Islande face à la France

FRANCE – ISLANDE: 5-2
Buts pour la France : 12′ O.Giroud  20′ P.Pogba 43′ D.Payet  45′ A.Griezmann 59′ O.Giroud
Buts pour l’Islande :  56′ K.Sigthorsson 84′ Trucensson
.
BREIZH MADUITI
Pas loin de se transformer en Gloria Gaynor.
.
Lloris : 13. Hugo Boss ce soir. Une belle parade. Il vient enfin de se découvrir un jeu au pied potable. Innocent sur les deux buts. Plus que deux matchs et Christophe Josse va te trouver du charisme.
Sagna : 11. À son débit, une tête défensive digne du best of du foot en folie. Sinon, RAS,  l’homme de Sens a fait son match. Quelques centres presque réussis. Un pressing sur le gardien adverse tel un numéro 9. Bacary se dévergonde. Plus que deux matchs et Christophe Josse trouve que tu es le meilleur latéral droit d’Angleterre depuis Pascal Chimbonda.

Koscielny : 18. Monstrueux. Même les Islandais avaient peur de lui dans les duels aériens. Après son usine d’accordéons de Tulle, Lolo a décidé de sauver la patrie. Ça a plus de gueule. Plus que deux matchs et Christophe Josse se ramène avec la coupe du Gunner et braille « Raphaël qui? » Moins dans l’emphase, DD a préféré éviter la biscotte de trop et sorti son Lord Ko’, afin d’offrir son tour de piste à Mangala pour se dédouaner de son vilain coup de bluff au Rami. Pas rancunier, le crâne d’obus mancunien a fait ce qu’il a pu.

Umtiti : 10. Un match à subir des mauvais jeux de mots sur son nom par 66 millions de Français, ça force le respect. Le gros minet lyonnais a ronronné tout le match. Un peu trop d’ailleurs sur les deux buts vikings. Bizutage réussi pour Sam. Qui devra, en bon capitaine de soirée, ramener le bus à Clairefontaine. Les copains lui ont évité de pousser le vice jusqu’à Barcelone, sa future destination.

Evra : 3. Comme son numéro. Mais qui est ce petit homme qui bombe le torse malgré sa responsabilité engagée sur deux buts et un match de poussin E ? Heureusement, pour lui, dans deux matchs Christophe Josse, la plaie de BeIN, saluera tonton Pat, le leader de vestiaire, et tressera une couronne de lauriers au meneur des grévistes « encore plus fort que Martinez de la CGT ». Amen. Reviens Di Meco, stp !

.

DOCTEUR CEVAN BOMMEL

T-shirt CSC sur le dos, pizza à la main et  du vin dans le gosier pour s'empêcher de chanter.

 

Pogba : 16. Il a été perturbé par ces adversaires capillairement si rétrogrades, et a déjoué tout le premier quart d’heure, empilant les fautes et les pertes de balles pendant qu’il semblait habité. Il priait surement pour l’âme des coiffeurs Islandais. Puis il s’est mis dans le bon sens, jouant plus simple, plus juste, présent en relance, en défense, partout. Il a mis sa tonsure en valeur d’une belle tête puis a fait une belle passe pour le mècheux Griezmann. Décoiffant quand il veut.

Matuidi : 12. Pression sur les adversaires, précieux sur l’ouverture pour Giroud sur le but, pressé et précipité la plupart du temps, il est de retour. Il semble avoir retrouvé ses jambes. Dommage qu’il n’ait pas trouvé de la précision en même temps.

Sissoko : 15. Le moussaillon, fiable, qui ne sait pas faire grand-chose, mais ce qu’il sait faire, il le fait toujours vaillamment. Fiable et robuste.

Payet : 13. Dimitriangulant. Disponible, il a distribué de bonnes passes en évitant les coups. Il a distribué le jeu, tête haute. Et il a évité de combiner avec Evra, et à la fois, on le comprend.
Kingsley Coman : 10. A remplacé Payet. Intérimaire.
PROFESSEUR GUILTY

En mode veuve noire après l’élimination de son Italie, supportant la France, meilleure candidate pour mettre à terre les vils allemands.

 

Giroud : 16. Olive a au moins une qualité que personne ne pourra lui retirer : le mental. Probablement conscient de ses limites, il joue tout à fond. Avec la réussite de ce soir, c’est le gâteau sous la cerise. Résultat des courses, deux plombs et une passe dé. C’est très propre.

Griezmann : 17. La fée clochette survole les débats. Grizou voit tout avant tout le monde. Son piqué est un manque de respect qui fait plaisir. Sa place est clairement dans l’axe. Ce débat ne doit même plus exister. Plus jamais de sa vie.

Gignac : 5. Même quand c’est gagné tu sens qu’il est capable de rien. Toujours le numéro 10 dans le dos…il devrait monter une boîte de coaching pour illusionnistes avec ce con de Pat.

SDF : 15. Ambiance de gala dans le 9-3. Bien aidé par des Islandais en fusion, quel que soit le score, on a connu largement pire. La pelouse reste un vulgaire terrain de quatrième division de district. Ce qui est un peu con lorsque tu dois recevoir une finale de coupe d’Europe dans dix jours.

Deschamps : 14. Enfin décidé à mettre la meilleure compo dès le départ, forcément, ça aide. Le reste n’a plus été qu’une gestion de bon père de famille. La titularisation d’Umtiti reste discutable.

 

Nous sommes en demie, et un demi, ça ne se refuse pas !

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *