Contre Son Camp Rien à foot

Guide du footard : POLOGNE (groupe C)

Dr Cevan Bommel |  31 mai 2016

 L'histoire

 

Requin_pointe_noire

La Polski Polsquale est prête à mordre dans cet Euro

La Pologne est plus connue pour ses clichés sur les plombiers ou la vodka que pour son football. Ce n’est pas juste. Il n’y a pas que des plombiers et la vodka est moins bue que la bière.

Les biało-czerwoni (« Blanc et rouge », blanc pour leurs fesses, rouge pour leur nez) n’aiment pas se limiter à l’Europe où ils ont une tradition de victimes. Ils voient grand ! Ils sont habitués du Mondial. En revanche, aller à l’Euro, c’est plus rare. La Pologne a eu une belle période, de 1974 à 1982 avec deux 3èmes places.

Grzegorz Lato, Władysław Żmuda, Kazimierz Deyna, Zbigniew Boniek en étaient les leaders.

Depuis, énorme passage à vide. Mais depuis les années 2000, c’est le come-Bąk (Jacek). L’équipe va de mieux en mieux. La sélection s’étoffe en recrutant des joueurs étrangers ayant des origines polonaises (Perquis, Sebastian Boenisch, Obraniak …) ou des bons joueurs du championnat polonais tel Roger Guerreiro. 

 

L'équipe

Aujourd’hui Les performances de l’équipe de Pologne sont marquées par le duo que forment Jakub Błaszczykowski et Robert Lewandowski, qui évoluaient ensemble au Borussia Dortmund. Où Lukasz Piszczek brille actuellement.

La langue polonaise donne des noms fleuris de W et de Z à faire blêmir un scrabble. Les consonnes font des partouzes rugueuses pour donner des noms suffisamment complexes pour que, sur les sites internet polonais, ils n’ont pas besoin de mots de passe. 

Vous pouvez connaître Cionek (Palerme) Kamil Groskiki (Stade Rennais) ou Grzegorz Krychowiak (Séville/ex-Reims). Le poste où la sélection est la plus dense est le poste de gardien, avec  Artur Boruc. Lukasz Fabianski  et Wojciech Szczesny. Sérieux.

Le sélectionneur, c’est nawak-là : Adam Nawalka. Il faisait partie de la génération dorée des années 1970. C’est le René Girard de l’Est. Il a écumé le championnat polonais Świt Krzeszowice Wisla Cracovie, Zagłębie Lubin, Sandecja Nowy Sącz, Jagiellonia Białystok, Wisla Cracovie, GKS Katowice, Górnik Zabrze. Ce n’est pas une garantie tout-terrain.


Chances de gagner : 1%

Tygodnik_Solidarnosc_1981_lipiec

Ce n’est pas parce que l’équipe sera solidarnosc que ce ne sera pas dur !

Comment penser briller quand on a l’habitude de se faire battre par les Anglais ? Comment faire quand il est traditionnel de se faire envahir par les Allemands, même au football ?  Pourtant le 11 octobre 2014, lors des éliminatoires de l’Euro 2016, la Pologne bat pour la première fois de son histoire la sélection teutonne. 

C’est un bon début pour rêver, mais les prières ne suffiront surement pas.

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *