Contre Son Camp Rien à foot

Inter Milan – Juventus : le bulletin de notes

Professeur Guilty |  19 octobre 2015

chagrin-d-ecole. NOTESLe derby d’Italie, on pourrait en écrire un livre. Soixante ans au bas mot de rivalité profonde. Alors quand les deux clubs ont un besoin très important de points (l’Inter pour recoller en haut du classement, la Juve pour continuer la remontée), forcément tu t’attends à du lourd. Raté. Je te la fais courte. Et quand les élèves sont pas sages, le prof’ note façon école maternelle avec des soleils, des nuages et de l’orage.

Giuseppe Meazza : Soleil. Deux tifos très chambreurs pour commencer. On aime ça. Un avec un petit rappel de la défaite en finale de Ligue des Champions avec un petit message d’amour « Vous y étiez presque », un deuxième en face « Continuez de rêver », et le plus beau, un dessin des Rapetous de Disney avec les dates des titres retirés pour tricherie. Des supporters qui étaient présents dès 16h dans un stade plein à craquer. Benvenuto in Italia.


Commentateurs (BeIn sports) : Soleil. Très en forme les deux compères Pippo Genin et Jérôme Rothen. Mention spéciale à Jé, à bloc sur tous les ballons. Des commentaires et des avis de partout. Même sur une touche anodine, il est capable de donner son avis mais pas façon négatif, non non, façon passionné. Il veut que tout le monde joue bien, c’est tout. Garde cette fraîcheur, s’il te plaît !


 

 

Inter de Milan, en 4/2/3/1 avec Kondogbia qui a déjà perdu sa place de titulaire :

Soleil : Jovetic. Pour commencer, il a rasé ce vilain duvet. Ensuite, c’est le seul qui est capable de vraiment produire quelque chose.

Nuages :

  •  Brozovic, qui a joué comme un ballon d’or pendant 10 minutes, dès qu’il a permuté et qu’il s’est retrouvé à gauche. C’est d’ailleurs là qu’il place une frappe magnifique qui termine sur le poteau de Gigi l’amoroso. Mancini a vu que ça pouvait être intéressant, il l’a donc repositionné à gauche pour qu’il disparaisse.
  • La défense et Médel l’évadé de prison juste devant, solide.

Orage :

  • Perisic. Complètement à l’Ouest. Forcément déboussolé pour un mec de l’Est. Le Xanax qu’il prend avant chaque début de rencontre le ralentit beaucoup trop pour espérer quoi que ce soit.
  • Icardi. Le mec qui poste humblement une tof’ sur Twitter cette semaine devant sa Rolls Royce. Avec un match comme celui-ci il mériterait de rouler en Laguna 2. Celle qui pète un turbo tous les 15 000 kms.

C’est tout pour l’Inter. Mais quand on cadre deux frappes en 90 minutes, c’est déjà pas mal.

 


 

La Juve. 3/5/2 façon Conte, un fromage très agréable en fin de repas. Évidemment, Mario Lemina était sur le banc.

Soleil :

  • La défense à trois : Barzagli, Bonucci, Chiellini, Buffon. Impeccable. Cette défense-là peut encore jouer jusqu’à ce que Gigi ressemble à Pierre Arditi.

Nuages :

  • Pogba. Paul Pogbite en première mi-temps, niveau Ligue 2. Paul Pogburnes en deuxième, niveau Ligue 1 milieu de tableau.
  • Simone Zaza. Tu as déjà vu un mec rentrer sur un terrain juste après avoir sniffé trois grammes de coke, probablement fournie par Cuadrado? Non ? Dommage. C’est très marrant.
  • Cuadrado. Un missile dans chaque jambe, il a fait de grosses différences physiques mais ses capacités intellectuelles le limitent.

Orage :

  • Sami Khedira. La vitesse de Pirlo, la vista de Modeste M’Bami, la technique de Abdoulaye Meïte et la tête de Smaïn avec une perruque. C’est trop pour un seul homme.
  • Max Allegri, le mister, qui se prive de Mandzukic, Dybala et Hernanes sur un match aussi important.

 


L’arbitre, M.Paolo Valeri : Valoche, en bon patron de bar, a servi des jaunes toute la soirée. Huit, exactement. Avec un petit glaçon dans chaque ballon.


Homme du match : Les supporters intéristes pour leur humour.

 

 

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *