Contre Son Camp Rien à foot

Inter Milan – Milan AC : Le bulletin de notes

Professeur Guilty |  14 septembre 2015

chagrin-d-ecole. NOTESUn derby della madonnina placé sous le signe du feu. Un stade chaud bouillant, 75 K de supporters, 80 patates investies de chaque côté, le blason à redorer, une intensité folle, une victoire de l’Inter à l’italienne avec une équipe qui a beaucoup souffert, une défense à 5 pour finir, bref, du foot italien comme on l’aime. Les hommes de Mancini se retrouvent donc leader et envoient le signal.

Tout ceci méritait bien un bulletin de note, sur 20 s’il vous plaît.

Giuseppe Meazza : 17/20. Deux tifos gigantesques pour commencer. Côté noirs et bleus un grand serpent (dont la tête n’était pas liée au corps ?), côté rouges et noirs une tête de mort, couteau entre les dents. C’est à ce moment précis que Kondogbia a dû se dire que quitter Louis 2 était plutôt une bonne idée. Des chants tout le long du match, tremblement de terre au moment du but, serrage de fesses sur la dernière demie heure.


Pelouse : 15/20. On le sait, San Siro/Meazza c’est pas toujours la joie. Aujourd’hui pas de souci, le ballon fusait comme il le fallait, pas de glissade. On a pu mettre des brins en toute décontraction.

Commentaires (Bein sports) :

Philippe Genin : 16/20. Pippo Genin c’est la voix incontournable du foot italien. Pippo c’est la passion. Pippo c’est celui qui dit sans hésiter « Soupère Mario » alors qu’il n’a pas mis un pied devant l’autre pendant 12 mois, Pippo c’est celui qui donne tellement de détails dans un match que l’on est informé de l’historique des joueurs sur 10 ans et de tout ce qui se passe dans le club. Quelques points en moins pour cette belle soirée suite à quelques erreurs de reconnaissances de joueurs. Probablement à cause de sa position en tribunes parce que Pippo c’est pas le mec qui regarde l’écran. Non, Pippo il regarde le match.

Jérôme Rothen : 15/20. On le sent dès le départ, Jérôme aurait bien voulu en faire des matchs comme celui-ci. A trop vouloir être fidèle envers Paris, il les a manqués. Hyper emballé par l’ambiance, il était à bloc et a apporté son analyse technique. Fan des gauchers, il n’a pas hésité à le faire remarquer dès qu’un joueur faisait quelque chose autrement qu’avec la jambe droite. A disparu de la circulation pendant quelques minutes, probablement pour pleurer sur l’épaule de Pippo en se disant quand même que putain, jouer juste devant Maldini, ça aurait quand même été quelque chose.


 

Inter Milan : 4/3/3. Handanovic – Santon, Medel, Murillo, Juan Jesus – Guarin, Felipe Melo, Kondogbia – Perisic, Icardi (cap), Jovetic.

Samir Handanovic : 18/20. Impeccable. Arrêt décisif dès le départ sur Luiz Adriano. Main ferme sur un coup franc surpuissant de Mario Balotelli, à ne pas confondre avec Marion Bartoli qui, elle, a arrêté sa carrière. Ne prend pas 20/20 car il n’a pas su se créer une seule occasion du match.

Davide Santon : 14/20. Solide défensivement, il a tout donné sur son côté droit. Plus discret offensivement hormis un très bon centre plus la passe décisive sur Guarin même si on ne peut pas dire que ce soit lui qui fait la différence. Il s’assure quand même une place de titulaire les doigts dans le nez. Santon nez, j’ai mis mes doigts dedans.

Gary Medel 13/20 : Le pitbull de la bande a joué en défense centrale cette fois-ci. Du haut de son mètre 40 il peut remercier un ciel bien trop haut pour lui de ne pas avoir eu à jouer trop de duels aériens. Pas toujours bien placé, il a fait parler la grinta. Une sorte de Mascheranno avec les dents de devant qui ne sortent pas.

Jeison Murillo : 7/20. Pas facile de bien défendre dans un match aussi intense quand on a une charrette sur le dos et la technique à Cristian Zapata. A eu son moment de gloire en récupérant un ballon vers la fin. A failli se prendre un scooter sur la tête dès le début du match en faisant une relance plus qu’hasardeuse qui aurait pu coûter cher.

Juan Jesus : 18/20. Intraitable sur son côté gauche, c’est simple, tel un agent edf chez un particulier qui n’a pas payé, il a tout coupé. De plus il est même allé voir un peu plus haut pour tenter deux ou trois trucs. A fait semblant d’être blessé sentant qu’il était un peu cuit. Faut pas déconner, il est quand même plus Juan que Jesus.

Fredy Guarin : 13/20. Tu sais Guarin ? Le mec que sainté trouvait nul ? Ben maintenant il fait 85 kgs de muscles, il a les cuisses à Aurier et il te salue. Une frappe du gauche imparable, il se l’offre tout seul celui-ci. Alors, pourquoi que 13/20 me diras-tu ? Parce que c’est à peu près tout. Tel Maître Gim’s il est volontaire mais brouillon.

Felipe Melo : 17/20 L’air turc lui a certainement fait du bien. Très propre techniquement, dans le rythme, il a gratté un nombre incalculable de ballons. Et en plus il a l’air plus doux, apaisé, on lui ferait presque un bisou. A quand même pris son jaune, faut pas déconner.

Geoffrey Kondogbia : 11/20. Invisible pendant 60 voire 70 minutes il s’est un peu détendu le slip sur la fin en conservant quelques précieux ballons. Impossible de dire si c’était un léger problème de pression ou tout simplement une mauvaise évaluation de ce que peut être un derby milanais mais une chose est sûre, les supporters intéristes vont finir par se demander s’ils ne sont pas fait pigeonner à ce prix-là. Parce que 30 millions pour faire 10 passes latérales et récupérer deux ballons dans le match, il fallait prendre Modeste M’Bamy.

Ivan Perisic : 3/20. On le rappelle, Perisic veut dire littéralement :  » je suis perdu  » en croate. Tu sais Perisic ? Le mec qui jouait à Sochaux ? Ben oui c’est bien lui.

Mauro Icardi : 8/20. Difficile de noter un numéro 9 pur, à l’ancienne, qui reste uniquement dans la boîte et qui attend de la mettre au fond. Surtout quand il n’a que 2 ou 3 ballons négociables. Ce n’était pas sa soirée mais, cela n’empêche qu’il a gagné le concours de sosie de Kurzawa.

Stevan Jovetic : 11/20. Jovetic veut dire en monténégrin littéralement : « je m’occupe de tout ». C’est simple, en attaque c’est lui. C’est un moteur de recherche. Dès que tu veux faire quelque chose : Jovetic. Tu veux donner un ballon ? Jovetic. Tu veux voir quelqu’un frapper ? Jovetic. Tu veux recevoir un ballon en faisant un appel en profondeur ? Jovetic. Tu veux voir une espèce de duvet dégueulasse à la place d’une moustache ? Jovetic.

AlexTelles (rentré à la place de J.Jésus de Nazareth à la 68ème) : 8/20. Plus une tête de fumeur de joints que de joueur de foot, Alex n’a pas traîné à se faire remarquer. Un csc tout prêt tout prêt, un tacle très mal placé pour un dernier coup franc qui aurait pu coûter 2 points. Le verdict est sans appel : Alex était encore défoncé.

Rodrigo Palacio (72ème à la place de Jovetic, partit se raser) : 1/20. Parfaitement inutile. L’antenne qu’il a derrière la tête aurait apparemment quand même permis à son vis-à-vis de finir la soirée en écoutant l’after foot sur RMC.

Andrea Ranocchia (85ème à la place de Perisic partit resigner à Sochaux) : 20/20. L’ancien capitaine rentre pour être le libéro à l’ancienne dans la défense à 5. Pas vexé de ne pas être titulaire et de voir un milieu défensif à sa place et un mec qui a une charrette et la technique à Zapata, il se détend élégamment pour détourner un ballon très chaud. Contrat remplit. Et sans faire la gueule.

Roberto Mancini : 17/20. Quand jouer défensif et accepter de reculer marche, on ne peut qu’applaudir. A part ça, le coup de la défense expérimentale laborieuse a tenu. Que veux-tu rajouter ? Il aurait autant pu prendre 2 à 0 que gagner 1 à 0 mais comme le dit Mourinho : entraîneur c’est une question de chance.


 

Milan AC : 4/4/2 en losange. Diego Lopez – Abate, Zapata, Romagnoli, De Sciglio – Montolivo (cap)-  Kucka, Bonaventura – Honda – Luiz Adriano, Bacca.

Diego Lopez : 15/20. Une fois de plus il a confirmé qu’il avait la technique balle  au pied de Zapata, évite le pire sur une Kévin Trapp sinon toujours bon quand il doit jouer un ballon avec ses mains. Ne peut absolument rien sur la frappe de Freddy qui lui a griffé sa nuit.

Ignazio Abate : 11/20. Ce qui est bien avec des joueurs comme Abate, c’est que tu sais en avance ce qu’il va se passer. Un jaune très vite, de la hargne, quelques bonnes percées, quelques centres foireux, un centre pas trop mal, un carton rouge évité, un placement défensif aléatoire. Dieu merci M’bokani il avait « je suis perdu en croate » en face de lui la plupart du temps.

Cristian Zapata : 17/20. On rigole on rigole mais, quand notre petit Cristian donne le ballon dès qu’il le récupère et qu’il est bien concentré. Pas de problème !

Alessio Romagnolli : 15/20. Le nouveau Nesta est bon. Très bon même. Facile, élégant. Sauf que c’est vraiment lui que Freddy a griffé dans la nuit. C’est dommage, cela a été la seule fois de la soirée qu’il a perdu un duel.

Mattia De Sciglio : 11/20. On le sait le petit Mattia est un petit chaton. Il faudrait quand même penser à l’amener chez un psychologue, un orthophoniste (à moins qu’il soit muet) et un ophtalmologue pour les alignements au niveau des hors jeux. Après tout ça, un peu de musculation et c’est bon.

Riccardo Montolivo : 17/20. La surprise du chef ! Remplaçant depuis le début de la saison, le revoilà à la place de De Jong brassard au bras, tranquille, il organise, feinte, distribue, frappe, gratte. Taille patron.

Juraj Kucka : 16 puis 6/20 soit une moyenne de 11/20. Une gueule d’homme de main de la mafia russe Kucka nous a fait le coup de la double lame. Première période omniprésent, Ricky Kacka. Deuxième période inexistant, nerveux et remplacé, Juraj Kucka.

Giacomo Bonaventura : 13/20. LE joueur italien le plus sous-côté du marché. Techniquement il se passe toujours quelque chose avec lui. Malgré tout assez peu influent ce soir. Big up quand même sur les 5 dernières minutes où il tente des frappes improbables. Il s’est sûrement dit que toute façon ce n’est pas la peine qu’il la mette, Conte ne le prendra pas en Nazionale.

Keisuke Honda : 2/20. Soupape cassée dans le moteur.

Luiz Adriano : 12/20. Un beau mélange entre David Luiz en boîte et Adriano (époque Inter). Bon attaquant, aucun doute, vaillant mais incapable de conclure.

Carlos Bacca : 14/20. Ne cherchez pas plus longtemps le meilleur coup du mercato milanais, il est là. Physique de buffle, technique irréprochable, vision du jeu, altruisme, il a tout. son entente avec Luiz A. semble bonne. Il claquera. Seul bémol, une gueule de carrossier du fin fond du Mexique. Pas terrible pour vendre les maillots.

Mario Ballotelli (à la place de Bacca à la 62ème, partit resserrer un carbu sur une vieille 206) : 20/20. Mario. Ah Mario. Rentre sous une bronca à en faire chier De Sciglio dans son slip, il arrive avec la banane, prend directement le coup franc, le tire super bien. Puis tous les coups de pied arrêtés, s’est créé une occasion seul et frappe sur le poteau, obtient des fautes. Il leur a tout fait en 30 minutes. Le tout avec bonne humeur.

Andrea Poli (à ne surtout pas confondre avec Andrea Pirlo, entré à la 72ème à la place Kucka parti couper des gorges) : 3/20. A fait preuve de politesse envers ses hôtes.

Alessio Cerci (à la place de Honda parti se faire réparer le moteur chez Bacca à la 81ème) : 12/20. A cerché sans trouver.

Sinisa Mihajlovic : 5/20. Composition douteuse dès le début. Zapata dans l’axe alors qu’il y a Alex sur le banc, voire Mexes (sans conséquence), Kucka, Montolivo en lieu et place de De jong qui est le taulier habituel, Honda en 10 qui n’a jamais convaincu…Heureusement pour lui Montolivo, Zapata et Kucka lui donnent raison. En revanche pourquoi sortir Bacca que l’on sentait très en jambes alors que Luiz Adriano a été plus brouillon ? Que peut bien faire encore Honda en 10 à la 80 ème minute sur le terrain ? Pourquoi faire du poste pour poste avec Poli en étant mené tout en sachant qu’il est incapable de provoquer la moindre secousse offensive ? Il faudra quand même que Mr Bee s’assure que Sinisa a bien compris qu’il a changé de camp à Milan.


 

Gianluca Rocchi (arbitre) : 17/20. Après sa belle carrière cinématographique, il enchaîne bien avec un match gavé de testostérones maîtrisé. Il Giancula personne.


 

Capitaines :

Icardi : ? Impossible de le noter. On l’a tellement peu vu…le choix de le mettre capitaine est d’ailleurs discutable au vu de sa position sur le terrain.

Montolivo 17/20. Capitanat parfaitement assumé pour Gad Elmaleh dans un match terriblement important.


 

Homme du match : Mario Balotelli. Evidemment.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *