Contre Son Camp Rien à foot

La leçon particulière du professeur Guilty

Professeur Guilty |  26 septembre 2015

Ecoute-moi bien petit si tu ne veux pas que je te rekik.

Ecoute-moi bien petit si tu ne veux pas que je te rekik.

Rekik ou rekiker est un verbe argotique issu du verbe régulier anglais « to kick » qui signifie littéralement : « Frapper avec l’envie et la conviction profonde de faire très mal à ta gueule de con ».

Origine du mot : Le mot « kick » est utilisé depuis le début des années 1990 en France et la mode de l’emploi de mots anglophones grâce surtout à l’industrie cinématographique américaine. Les films de Jean-Claude Van Damme notamment. On parle alors ici de « High Kick », « Front Kick », « Neskick » ou encore de « Maskick ». D’où l’expression « aller au Maskick » (endroit où l’on met des coups de pied en masse entre amis pour se défouler. Pendant un match de foot de 4ème division de district par exemple ou un classique de première division).

Quant au mot Rekik puisque c’est le sujet de la leçon du jour, il s’agit tout simplement d’un kick que l’on retente quelques instants plus tard, que le premier soit réussi ou non.

Ex. concrets :

– Flûte ma carte bleue ne fonctionne pas dans ce coquin de distributeur, je Rekik un coup.
– Crotte, cette femme ne m’aime plus, je vais la rekiker droit dans les yeux.
– Je vais rekiker ces plants de tomates
– J’ai mal posé mon flow sur ce son. Relance l’enregistrement, je vais rekiker.
– Tiens, ce soir face à Valbuena Karim Rekik.

N’hésite pas à employer ce verbe autant de fois que tu le souhaites, comme par exemple notre ami Maître Gims dans son tube : « J’rekik ». « J’rekik, me demande pas pourquoi j’suis partie sans mon rouge, parfois je sens mon R’kik qui s’endurcit, c’est triste à dire mais aucun tacle ne m’attriste, laisse-moi r’kiker ta cheville ».

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *