Contre Son Camp Rien à foot

Les violets champions d’Europe

Dr Cevan Bommel |  9 septembre 2015

Ne rêve pasQuelles saisons fantastiques pour le sTFC ! Que d’émotions pour les habitués du Stadium ! Il est loin le temps des espoirs déçus, où chaque match face à une équipe théoriquement plus faible se soldait par une défaite. Depuis que Pehr Memanis a investi à Toulouse, le club a été métamorphosé.

1er président vainqueur de coupe d’europe simultanément en football et rugby

Le magnat letton de l’électronique embarquée avait le sourire. Lui qui visait un partenariat avec Airbus et un titre européen avant 2020, a deux ans d’avance sur son programme. Trois semaines après la victoire du sTRC (stade Toulousain Rugby club) il devient le premier président vainqueur de coupe d’Europe simultanément en football et rugby. Sa stratégie de franchise sportive à Toulouse, en rachetant le TFC puis le Stade Toulousain avec l’argent du transfert de Moubandje a été efficace. Le modèle de club multi-sport, comme le Real Madrid ou le FC Barcelone, a bien pris sur les bords de la Garonne !

Le match: 2-1

La qualité de la finale de la Ligue Europa 2019 entre le Stade Toulousain FC et le CSKA Moscou a été à la hauteur de l'événement. La nervosité était palpable dans le Signal Iduna Park, comble pour l’occasion. Le traditionnel mur jaune était violet et noir. Dès l’entrée des joueurs, sur la musique du groupe Naïve, le décor était planté.
Les tensions suite aux prises de positions du président letton contre la Russie n’ont pas été oubliées sur le carré vert. La première mi-temps a été plus virile, voire brutale, que correcte. Les sorties de Seydou Doumbia (34ème) pour le CSKA, et Blin (42éme) pour le sTFC en témoignent. L’arbitre a tenté de prendre la main sur le match en sortant des cartons (7 cartons jaunes en une mi-temps) mais il n’a pourtant pas calmé les esprits.

Le dernier 5ème de Ligue 1 s’est procuré deux occasions, sur deux tirs lointains de Blin, que les russes ont calmés par un tacle limite qui l’ont contrait à quitter le match. Il a été touchés aux muscles omo-hyoïdiens et selon le staff médical devra porter une minerve pendant 2 mois.

Plus expérimentée, l'équipe du CSKA dirigée par Vagner Love s'est longtemps heurtée au réalisme défensif du sTFC, et ses sorties de balles rapides.

En seconde mi-temps, alors que l’équipe moscovite avait commencé à monopoliser le ballon, c'est le sTFC qui a ouvert la marque sur une jolie remise de la tête du beau chauve Martin Braithwaite conclue du plat du pied par Lucas-Julian Scholl (57e). Ce dernier annonçait mardi sur le plateau de l’Afterfoot vouloir gagner autant de titre que son père, et au vu de sa prestation et de sa jeunesse, il pourra même tenter d’en remporter moins, on l’aimera quand même.
Les russes ont répondu en multipliant les attaques, acculant les toulousains sur leur but. Trois minutes plus tard, c'est la tradition toulousaine qui a parlé, avec un but contre son camp du gardien Vidal sur une passe en retrait anodine. Le retour des désillusions toulousaines ? Non. Car on a vu plus de passes réussies pendant la rencontre que pendant la saison 2007/2008. Et la beauté du foot parfois inonde la pelouse. Le vétéran du sTFC, entré à la 85ème minutes, Pantxi Sirieix réalise à l’entrée de la surface de réparation, sur un ballon aérien mal dégagé par la défense du CSKA, un amorti de la poitrine et une sublime frappe en demi-volée aussi soudaine que puissante. Ce tir olivetomesque part vers le firmament et retombe dans la lucarne.

Panxti, ce héros

Il y eu une seconde de silence puis l’explosion des supporter toulousains nombreux à faire le déplacement. Selon Olivier Sadran le directeur financier du sTFC ému, c’est « Sans conteste le plus beau but de la carrière de Panxti, on va vendre son stock de maillots ». « Je ne croyais pas pouvoir faire ça, je ne le crois toujours pas, c’est pour toi Chrichri d’amour » a déclaré Siriex en pleurant dans les bras de son entraîneur Christophe Revault.

L’arbitre a ensuite sifflé la fin du match. Une nuit d’hystérie a agité la ville rose, la fête se prolongeant jusqu’à 22h45 sur la place du Capitole.

Deuxième club français à remporter l’Europe League en trois ans avec le Martigues de Rudi Garcia, l’hexagone s’est amouraché de la petite coupe d’Europe !

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *