Contre Son Camp Rien à foot

Man City – Monaco (5-3) : le bulletin de notes

Breizh Maduiti |  22 février 2017

Un match de dingues, des défenses aux abois, des attaques de feu. La Ligue des champions dans toute sa splendeur. Les Monégasques, héroïques pendant une heure ont complètement craqué en fin de match. De quoi compromettre leur qualif au retour ? Pas sûr du tout mais il faudra mettre les barbelés derrière. Ton Prof Guilty se fade les protégés de Pep, son coach honni et Breizh Maduiti, les hommes du Rocher. 

 

Le Professeur Guilty, ravi de voir qu’une équipe de Guardiola fera toujours de la merde. Oui, en prendre 3 à la maison et concéder 15 tirs s’appelle faire de la merde à ce niveau là.

Manchester City

De Bruyne sur la photo officielle du club

De Bruyne sur la photo officielle du club

Caballero : 3. Des relances totalement aléatoires, deux arrêts déterminants plus chanceux qu’autre chose. Willy jouait en D2 espagnole en pleine force de l’âge, on comprend pourquoi.

Sagna : 1. Il a fait son match. Trop fort à droite, il termine à gauche pour rigoler.

Otamendi : 2. À peine plus rapide que Giroud, à peine plus serein que Fillon, à peine plus fort que Rolando.

John Stones : 5. Acheté 55 millions d’euros, celui qui est censé être un grand défenseur ne vaut pas plus de 5,5 millions. Se fait complètement violer par Falcao sur le 3ème, il se rachète en marquant sur corner d’un ballon qui lui tombe dans les pieds.

Fernandinho : 12. Positionné latéral gauche en défense et milieu organisateur axial en attaque, il a su rendre possible ce concept guardiolesque. Trop bon pour rester sur le pré. Un autre concept guardiolesque. Remplacé par Zabaleta à la 62ème, tout en grinta et argentinade.

De Bruyne : 4. Toujours aussi laid. Numéro 8 c’est pas son truc.

Yaya Touré : 13. Trop gros, trop vieux, trop tout, mais encore précieux.

Silva : 16. Le talent surpasse le poste. Le petit David doit se taper le poste de relayeur, mais le fait parfaitement bien. Un petit côté Modric. Classieux et efficace.

Sterling : 2. Un but où il n’a plus qu’à la pousser au fond puis rideau pour Monsieur Tout Droit.

Sané : 17. Le prodige allemand a fait passer une sale soirée à Sidibé. Dans tous les bons coups offensifs, il termine avec but et passes D dans la musette.

Aguero : 18. Un doublé et des efforts à la pelle, le gendre à sorti LE match au bon moment. De quoi aller sniffer la blanche avec Diego pour fêter ça.

Guardiola : 0. Une compo de départ à chier, une équipe totalement perdue, Guardiola nous a rendu une de ses plus belles copies. Espérons qu’il se fasse poutrer comme il se doit au retour.

 

Breizh Maduiti

S’est régalé pomme à la main. Une gala, comme le match, avec un goût amer à la fin.

Monaco

Benjamin Mendy, au premier plan, prenant son couloir

Benjamin Mendy, au premier plan, prenant son couloir

Subasic : 5. Quand t’en prends cinq dans la musette, que tu n’utilises pas ta taille de basketteur dans les sorties aériennes et que tu te troues comme un Areola, tu mérites une bordée de sifflets. Un jour sans. Peut-être saoulé par les frères Gallagher avant le match.

Mendy : 12. Le p’tit benj a multiplié les courses de lévrier dans son couloir et les centres au cordeau.  Énorme apport offensif contrebalancé par une tendance à passer pour un apéricube face à Sterling.

Glik : 9. Le Polonais n’avait pas sorti son glock. A passé sa partie à dégager sa défense à coup de grosses mines vers ses attaquants. A hélas pris la biscotte qui le prive de la revanche. Plomb (i)ant pour l’ASM.

Raggi : 8. Il est sympa, ne lâche rien mais bon, il a paru un peu léger face à la bande au Kun. La consigne Citizen semblait être : attaquez sur la zone du mini Mr propre.

Sidibé : 7. De la caisse pour détaler vers l’avant en veux-tu en voilà. Par contre, une fin de match indigne d’un international. Autiste sur la volée d’Aguero puis complètement paumé  sur le terrain comme un petit U9. Le vrai passage à vide des familles, quoi.

Fabinho : 11. Un modèle de gnac et de  grattage. Une banderille magnifique pour Falcao sur le premier but. Puis les Sky blues revenant dans le game, il a vu rouge et n’est pas passé loin de se faire expulser comme un bouillant Cahuzac Bastiais. Un peu de sang froid est réclamé pour le retour petit Fabien.

Bakayoko : 10. Tu as hésité à le prendre pour le Patrick Vieira 3.0 ou une énorme arnaque. Déroutant.

Lemar : 2. Mais attaque ton ballon, putain. Tu te vois encore hurler devant ton poste sur l’origine du 2-2. Des mauvais choix à foison. La Bleuzaille n’était clairement pas au niveau. L’enjeu ou un début de melon ?

Bernardo Silva : 15. Le petit dribbleur lusitanien est un régal pour les yeux et un cauchemar pour une defense anglaise synonyme d’insulte à la technique. En a parfois trop fait mais a surtout envoyé du rêve. Il serait évalué ce matin à plus de 200 millions d’euro Outre-Manche.

Mbappé : 14. L’enfant a fait un bien fou sur le front de l’attaque. Des prises de balle délicieuses, des accélérations de dragster, un but de retard et des promesses à la pelle. A encore les jambes qui flageolent au moment de conclure mais ça viendra.

Falcao : 16. S’il marque son peno, il réalise le match quasi parfait. Mais il le foire et il puait l’échec avant même de s’élancer. Sinon que dire de son pressing incessant, de sa tête plongeante et de cette merveille de feuille morte au bout d’une course et d’un duel ? Ça s’appelle une attaquant de classe mondiale revenu à son niveau d’antan.

Les remplaçants

Que ce soit Germain, Dirar ou Mourinho difficile de donner tort à Jardim de ne pas les avoir titularisés, tant leurs entrées ont été insipides.

Jardim : 12. Quand tu fais jouer ton équipe à l’extérieur comme à la maison, difficile de t’en vouloir. Devra juste passer un putain de savon à sa défense avec un bouquin de tactique sur le catenaccio à ingurgiter avant le retour.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *