Contre Son Camp Rien à foot

Manchester United – Manchester city : le bulletin de notes

Professeur Guilty |  26 octobre 2015

chagrin-d-ecole. NOTESOn nous vend à tour de bras un championnat anglais digne d’une merveille du monde. Alors forcément, quand deux des plus grandes équipes qui posent 300 boules par an sur la table s’affrontent pour prendre les commandes de cette publicité ambulante qu’est la Barclays Premier League, où même l’arbitre a un logo EA Sports sur le bras, tu t’attends à des grandes envolées lyriques, du jeu à s’en décoller la rétine, une intensité tellement forte que les joueurs finissent inanimés. Mes couilles. Comme prévu ce match était une vraie merde avec deux tirs cadrés. Alors pourquoi le noter me diras-tu ? Justement, pour la vengeance. Tout simplement. On a pas tous une heure et demie à perdre un dimanche après-midi.

Old Trafford : 13/20. Calme. Quelques chants, beaucoup de pubs sur les panneaux. On écrit même en chinois, en japonais, tout ce qui peut permettre d’acheter de très grands joueurs confirmés comme Martial est permis.

0 à 0. Rien à déclarer.


Commentateurs (Canal Plus) : 17/20. Stéphane Guy est toujours frais et drôle. Il n’a pas manqué de souligner très souvent que ce match était une vraie purge. Jean-Luc Arribart a lui, tenté d’apporter un regard technique sur un spectacle qui ne l’était pas. Pas simple.


 

Manchester United, en 4/2/3/1 façon Van Gaal, une belle formation de vainqueurs :

 

De Gea : Non notable.

Valencia : 17/20. Positionné latéral droit, Anto’ a fait parler la poudre. Misèrisation constante de Kolarov, son vis-à-vis vu que Sterling ne défendait pas, positionné très haut, très généreux, il aurait même tondu la pelouse à la fin du match s’il ne s’était pas claqué.

Jones, Smalling : Non notables. Maximum 3 ballons touchés à eux deux. A noter tout de même, une montée balle au pied absolument dégueulasse de la part de Jones, capable de te faire passer Mamadou Sakho pour un vrai caresseur de balle. Faites des têtes les mecs, ça suffira.

Marcos Rojo : 16/20. Détesté par son coach en personne, Marcos est plus proche de la mission locale que de la vida loca. Et pourtant…il percute, il défend très bien, s’applique sur les phases offensives. De Bruyne face à lui a passé 90 minutes à se faire bouffer les chevilles. Impassable.

Schweinsteiger : 7/20. C’est triste à dire mais Bastian semble plus proche de la fin que du début. Il ne pèse plus, sauf sur la masse salariale du club.

Schneiderlin : 7/20. Même constat que Schweini, sauf que lui est en début de carrière à haut niveau. Et là, c’est pas pareil.

Juan Mata : 5/20. Positionné sur un côté, Juan a passé une bonne journée en famille. Footing, cueillette, air frais. Il est sorti fringuant.

Ander Herrera : 8/20. Numéro 10, préféré à ce poste en lieu et place de Rooney, Ander a essayé d’être à la mesure de l’importance du poste et du match. Essayer, c’est déjà bien.

Anthony Martial : 6/20. Hype, soutenu sur Twitter par Maître Gim’s, élu joueur du mois, Antho’ est aux anges. Sauf que grigriter devant Sagna pendant une heure et demie sans réussir à le passer, c’est peu. Une belle passe presque décisive lui permet de remonter sa note, sinon c’était 3/20. On est pas du genre à se laisser impressionner par du vent. Et sinon, c’est normal dans un club comme celui-ci qu’il soit le leader technique ?

Wayne Rooney : 2/20. De l’envie. Pas d’idée.

Les remplaçants :

Fellaini : 17/20. Sa rentrée a éclairé le jeu. Ce qui n’est pas bon signe pour Bastian. Les yeux bien ouverts sous son casque naturel, il a été un vrai plus, malgré sa vitesse de pointe de 9 km/h.

Jesse Lingard : 12/20. Tu ne le connais pas ? Van Gaal non plus, mais il a vu qu’il était identique à Martial donc il s’est dit « Why not ? ». Résultat des courses : il a la balle de match sur la seule frappe presque cadrée de Man U sur un amour de passe de Martial. Dommage.

Van Gaal : 0/20. Un schéma de départ très pessimiste, Depay sur le banc qui ne rentre même pas, aucune envie de jouer au foot. Merci pour ce moment Monsieur Pélican.


Manchester City. 4/2/3/1 aussi. On ne sait jamais. Si par accident on peut gagner 1 à 0…

Hart : Non notable

Sagna : 12/20. Interdiction pour lui de monter plus haut que ces défenseurs centraux. Il a fait le job.

Kompany : Non notable. Il a touché un ballon dans le match. Et encore, c’était pour le donner à son gardien pour un 6 mètres.

Otamendi : 15/20. Hyper swagg. Sinon défensivement il a fait tout ce qu’il y avait à faire. 5 ballons touchés maximum.

Kolarov : 1/20. Celui que l’on appelle « le marteau » avait une enclume sur les épaules. Pas plus fun que Gilbert Collard, son cousin français, ni Stéphane Collaro, son père.

Fernando, inho : Non notables. Ils ont le même nom, on les confond, ils font la même chose, bref, on s’en tape.

Yaya Touré : 3/20. Positionné en 10.

Sterling : 0/20. Ne vaut même pas une livre.

De Bruyne : 2/20. Rojos lui a laissé une carte de visite dans le short.

Bony : 0/20. Enlève ta perruque Siaka Tiéné, on t’a reconnu.

Remplaçants : 0/20. Merci.

Pellegrini 0/20 : Autant le San Pellegrino peut aider à passer un meilleur après-midi après un bon repas, autant Pellegrini…bon…c’est pas gagné. Certes, il avait des blessés, mais quand tu fais rentrer Demichelis à la place de Touré, c’est bien qu’il se passe quelque chose d’obscur dans le cerveau.

 


L’arbitre, M.Mark CLATTENBURG : Non notable.


Homme du match : Marouane Fellaini. C’est dire.

 

 

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *