Contre Son Camp Rien à foot

OM – OL : Le bulletin de notes

Professeur Guilty |  20 septembre 2015

chagrin-d-ecole. NOTESUn Olympico (pour le non initié) est un match opposant un club qui gagne le championnat tous les 17 ans à un autre qui en a gagné 7 de suite et qui ne le gagnera plus pendant au moins le double.

Tout ceci méritait bien un bulletin de note.

Le Vélodrome : 0/20. Tout commence dans la bonne humeur et des idées bien senties. Un tifo dans le virage sud avec comme inscription : « Virage sud ». Espérons que la réunion pour inventer un slogan n’a pas duré trop longtemps. Ensuite nous avons un stade qui pense plus à siffler Valbuena qu’à encourager son équipe. Une fois le sifflet coupé par un petit vélo revanchard, le public de Marseille décide de jeter des bouteilles de bières en verre sur ce même Valbuena sur un corner. Le virage d’en face, jaloux, décide de faire pareil sur Anthony Lopes. Il faut savoir que si le virage sud décide se sauter par la fenêtre, le virage nord le fera aussi. C’est ce qu’on appelle la coopération. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Résultat des courses, pas loin de 20 minutes d’arrêt en deuxième mi-temps.


Pelouse : 20/20. Une pelouse décorée par des CRS et des projectiles en tout genre est toujours du plus bel effet. Un sapin de Noël géant.

Commentaires (Canal plus grand chose comme match à proposer) :

Grégoire Margotton : 13/20. Match comme un autre pour Greg’ sauf qu’il s’entête à dire Bichévak. Il a sûrement raison mais les entêtements à la Christophe Josse pour prononcer les noms dans leurs langues natales sont insupportables. Surtout que même en faisant ça, il y a des chances pour que ça soit quand même mal prononcé. Sinon à fait le VRP sur le dernier quart d’heure pour sur-vendre l’événement dès que plus de 4 passes consécutives entre joueurs d’une même équipe arrivaient à se faire.

Christophe Dugarry : 15/20. Une fois n’est pas coutume, Christophe a fait preuve d’optimisme et d’une certaine sympathie.

Laurent Paganelli : 0/20. Insupportable. Particulièrement ce soir. Je n’arrive même pas à faire une blague sur lui. Je suis désolé.


A noter : Le niveau technique et tactique de ce match a tellement été faible, que seulement certains joueurs ont été notés. Pour les autres, tu pourras en conclure qu’ils ont eu 10/20. Les commentateurs Canal ont beau nous vendre le spectacle en répétant à plusieurs reprises : « ne retenons que les 20 dernières minutes, c’est un superbe match », on est gentil, mais pas con.

Marseille : 4/3/3 façon Michel

Karim Rekik : 15/20. Deux actions notables : la première, il essaye de casser la gueule au sens propre du terme de Valbuena pour se mettre le Vélodrome dans la poche. Chose faite et le tout en ne prenant qu’un jaune alors qu’au ralenti on voit bien que sa volonté est de mettre sa mâchoire dans la tribune latérale. La deuxième, son but. Libérateur.

Benjamin Mendy : 06/20. C’est bien dans la vie d’un homme d’être en état de grâce. La mèche bleue, la pleine confiance, mais quand on est le petit frère de Bernard Mendy, il y a toujours un risque de rechute.

Javier Manquillo 05/20 : Que les supporters de l’OM se rassurent, Manquillo c’est pas Cafu. Si déjà il arrive à avoir la carrière de Morel ce sera pas mal.

Lass’ Diarra : 17/20. Numéro 10 dans le dos. Officialisé taulier. Il assume et confirme. Lass’ confirme précisément deux choses : un, on est capable d’être bon au foot même après un long moment hors circuit. Deux, on peut avoir une bonne vision du jeu même avec un front proéminent. De quoi rassurer Jimmy Briand.

Romain Alessandrini : 20/20. Ou comment être payé en faisant que des erreurs et en quittant son poste au bout de 44 minutes. C’est pas donné à tout le monde dans le salariat.

Rémi Cabella : 04/20. Déjà, il faut oser se mettre un ticket de métro sur la tête. Mais ensuite réussir à être plus transparent que Thauvin l’an passé, chapeau.

Michel : Un coaching audacieux. Il décide de laisser Gignac, Ayew, Thauvin et Payet au repos. Son idée de confisquer le ballon en mettant 3 milieux plutôt bons techniquement n’a pas marché parce que justement ils sont seulement « plutôt bons ». Et quand en face il y en a trois « plutôt bons » aussi, ça s’annule. Jean-Claude Van Damme pourrait t’expliquer. Un bon récupérateur n’aurait pas été de trop pour mettre de l’ordre. En deuxième, il réajuste légèrement mais sur le résultat final il n’y est pour rien. Aucune patte particulière imposée dans un match important.

 


Lyon : 4/4/2 en losange.

Samuel Umtiti : 15/20. Le taulier de la défense. Sam’ a fait preuve de sang froid et de clairvoyance. Un hommage à Madame Soleil.

Valbuena : 17/20. Il avait tellement peur de se faire siffler qu’il s’est justifié toute la semaine de sa loyauté envers son ancien club. Résultat, il a bien prouvé qu’il n’a aucune loyauté étant donné qu’il leur a tout fait.

Alexandre Lacazette : 06/20. Il provoque le penalty d’une façon un peu fourbe, le transforme et après : trou noir. Manque la balle du 2 à 0 en première mi-temps qui aurait probablement tué Marseille et Labrune.

Christophe Jallet : 15/20. Très remuant sur son côté, il a montré à Deschamps que malheureusement il n’y a peut-être pas mieux que lui pour l’EDF. Manque un face à face. Jallet la mettre puis en fait j’ai foiré.

Aldo Kalulu : 19/20. Noté uniquement pour son blaze. Kalulumet de la paix.

 

Hubert Fournier (à ne pas confondre avec Michel Fourniret) : 10/20. Quoiqu’il arrive le roi Hub’ fait toujours la même chose. 4/4/2 losange et en avant ! Coaching habituel, il peut être remplacé par un PC.


Ruddy Buquet (arbitre) : 19/20. Match très bien maîtrisé malgré le contexte. Si le penalty est discutable, les cartons, eux, sont bien sentis. Un joli Buquet.


 

Homme du match : Lass’. Intraitable.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *