Contre Son Camp Rien à foot

OM – OL : théatre et trahisons

Dr Cevan Bommel |  21 septembre 2015

La mesure, toujours

                      La mesure, toujours

 

Le stade vélodrome a sifflé Morel, il s’est senti de retour à la maison. Mais ce n’était rien à coté de l'accueil du judas, déserteur, captieux ! Bien entendu le stade a sifflé ce grand joueur de Valbuena! Un mec qui arrive pour  800 000 euros, revendu pour 7 millions d’euros à la louche ! Un scandale ! Une trahison financière à coté des deux Andrés qui cet été ont au moins eu la décence de partir pour rien ! Non mais oh, à Marseille on se fait acheter 18 millions et on part libre, c’est ça montrer la générosité du club ! Il faudrait pas coller au club une réputation de pince quand même !

Ce salaud de petit tricycle n’a fait que 242 matchs, 27 buts, 41 passes décisives sans compter les stats en coupe, il n’a rien donné au club, à part 8 ans de sa vie. Il a fait partie d’équipe qui ont dérangé, en remportant des coupes, il a forcé le club à investir dans des étagères. En plus c’est un mec qui fait semblant. Bon, pas semblant de s’investir, mais fait semblant d'être victime de fautes pour obtenir des coup francs, qu’il tire pas mal d’ailleurs. Quel traitre d’amener de la magouille sur le tapis marseillais.

Deux ans après avoir jeté de l’argent à la figure de l’OM, il a signé à Lyon. Pas à Nice, pas au QSG, mais à Lyon. Ça, c'était impardonnable. Ils avaient déjà fait ça récemment avec Albert Emon, ou Pedretti l’idole du vieux port.

C’est sûr, les quartiers aurait préféré des fins heureuses avec une Kalachnikov, un scooter et un feu rouge, comme d’habitude, c’est tellement plus romantique ! Il faudra un jour s’occuper de ce traître de Mandanda qui ose rester au club depuis 9 ans.

Heureusement, Vince Laburne a osé défendre la situation: « Chacun doit se regarder dans un miroir, moi j’ai cassé le mien. L’arbitre n’a exclut un de mes joueurs qu’au troisième attentat, il a saccagé le plan de jeu de l’amer Michel. C’est pas pour une petite lapidation sur un corner ou sur le goal adverse qu’il faut arrêter le match. Si la sécurité du Vélodrome avait fait son boulot, d’ailleurs elle nous fournirait de l’essence au lieu de laisser passer des bouteilles de bière inutiles une fois vidées. Le tribunal arbitral de la Castellane avait statué, il faut respecter les décisions arbitrales des virages ciel et blanc »

Sinon, il y a eu un match de foot : 1-1, un grand Diarra, un Darder à confirmer, des placements du costaud Rekik à surveiller, et Lyon qui pour la deuxième fois de la semaine ne profite pas d’une supériorité numérique. Vous pouvez lire les notes du professeur ici :!

A Marseille, faudrait pas passer pour des lumières, faudrait pas les confondre avec le stade de Lyon !

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *