Contre Son Camp Rien à foot

PSG – OM : Le bulletin de notes

Professeur Guilty |  5 octobre 2015

chagrin-d-ecole. NOTESQue dire d’un « classico » où 12 points en 8 matchs séparent les deux protagonistes ? Où la différence de niveau et de potentiel est telle, que l’on en aurait une larme à l'œil ? Et bien beaucoup de choses. Et oui.

Le Parc des Princes : 05/20. Attention, 3, 2, 1 tifo ! Voilà comment commence un classico new look. C’est le speaker qui dit aux téléspectateurs présents en tribunes quand il faut lever les papiers préparés par la boîte de com’ du Psg. C’est navrant. En plus ce soit-disant tifo était laid. Ce ne sont pas les 2 ou 3 allez Paris entendus par erreur qui rattraperont le coup. Sinon gRonaldo, Patrick Bruel, Mickaël Youn, Nicolas Sarkozy et Rihanna ont l’air d’aller bien.


Commentateurs (Canal plus) : 05/20. Tu aimes entendre Greg’ Margotton jouir à chaque fois que Lass’ touche un ballon ? Même quand il fait juste son travail ? Tu aimes entendre Paga’ dire n’importe quoi pendant 90 minutes ? Non ? Nous non plus. Une note personnalisée à Duga’ 14/20 pour sa bonne humeur.

Pelouse : 20/20. René la taupe a approuvé et à twitté : « Waouh ! ».

Gros match, gros dispositif. Breizh Maduiti s’est chargé de noter les blancs, le Professeur Guilty les bleus.


Paris : 4/3/3 façon Laurent Blanc. Les surprises tactiques, très peu pour lui.

Kévin Trapp : 19/20. Au départ, Iron Man décide d’enfiler l’armure âge héroïque. Il prend un but. Puis finalement décide d’enfiler la MK-42. A partir de là, partout où il sera, l’herbe ne repoussera plus.

Serge Aurier : 15/20. Peut-être le seul qui a joué ce match comme un classico. Les autres en ayant clairement rien à foutre. Très présent. Chargé de testostérones. Tellement chargé d’ailleurs qu’il en craqua son slip sur un tacle improbable en pleine surface. Pourquoi se priver quand Iron Man est dans les buts avec l’armure MK-42 ?

Thiago Silva : 14/20. Rien de grave mais rien de terrible non plus. Un peu comme un rhume. Il a préféré laisser faire son ami Brutus.

David Luiz : 15/20. Brutus donc, s’est démené. Capable du meilleur comme du pire. C’est sa marque de fabrique. Il aurait même déposé un brevet. Peut-être un peu nerveux par l’enjeu, il a voulu se relaxer et se faire prendre par derrière par Michy devant 45 000 personnes. Une autre idée du lâcher-prise.

Maxwell : 14/20. Toujours le même match. Une nouveauté tout de même, pour faire rire les enfants venus en nombre ce soir, il a raté une touche.

Marco Verratti : 16/20. Marco est un petit con. En comparaison, si tu veux faire le malin avec des stats façon Sébastien Chapuis, c’est celui qui a touché le plus de ballons de tous. 95. Soit 40 de plus que l’ami Lass’,  le bien aimé. Il en a gagné 5 de moins, perdu 1 de plus (alors qu’il en a touché presque le double donc), et repart de là avec 92% de passes réussies. 5% de mieux que le néo-Marseillais. Tu sais, dans ce match où Marseille avait décidé de presser très fort sur le milieu de terrain. Et malgré tout ça, notre petit diablotin laisse l’impression qu’il n’a rien fait de spécial. N’oublie jamais à quel point le football est un sport difficile et tu comprendras que Marco est vraiment un petit con.

Thiago Motta : 15/20. Petite séance de décrassage sympa pour T.M. Corporate, il a quand même ressorti des ballons chauds proprement, faut pas déconner.

Blaise Matuidi : 14/20. Le mec de Paname. Blaise Runner. Un style encore plus dégueulasse que certaines fois. Pas vraiment inspiré lors de ses charges vers l’avant. Comme un utopiste au bar, il a quand même pas mal gratté. Sauf que lui à la fin du mois il gagne beaucoup plus souvent.

Edinson Cavani : Non noté. Comment veux-tu noter quelqu’un qui n’est pas à son poste ? Etant donné que Zlatan avait décidé de ne pas décrocher, le Matador est resté à gauche. C’est comme si on devait noter Serge Aurier avant-centre. C’est pas les 20 dernières minutes plein axe qui pourront donner un aperçu tant les Parisiens voulaient gérer le score.

Angel Di Maria : 03/20. Pas du tout inspiré l’ange.  Quand l’ange devient démon son blaze passe du côté obscur :Angel Di Merda. Sinon, c’est quand que Motta re-tire les coups de pied arrêtés ? Stats toujours, Di Merda a perdu 20 ballons sur les 54 joués. Certes, ça peut laisser rêveur beaucoup de joueurs de Ligue 1 mais là, Nasser a voulu acheter un joueur Ligue des Champions.

Zlatan : 02/20. Alors les pénalty et les records on va laisser ça au mec qui regarde le foot une fois par an. Heureusement que tu mets les deux Z, sinon c’était 0. On va pas non plus te donner une médaille pour mettre un pion à onze mètres du but.

Remplaçants non notés. Aucune influence. A eux trois ils ont touchés 29 ballons, pour en gagner 3 et en perdre 10. Autant pas rentrer.

Laurent Blanc de Castille : 12/20. Il décide de reconduire les onze mêmes que mercredi. Pas frais pour un sou, ils ont gagné uniquement à l’expérience. De toute façon on le sait, Laurent n’a qu’une tactique donc après il est spectateur, comme toi. Les 3 changements pour la forme, histoire de justifier le salaire.


L’OM. 4/2/3/1 La composition que tu mets quand tu ne veux pas perdre. La préférée de Mourinho.

Mandanda : 10/20. Steve a réalisé une manchette de grande classe en fin de match. Sinon, un péno provoqué, pour 0 arrêt sur trois tirs au but. Pas top. Mention en revanche pour ses cojones. Ce dégagement de frustration sur le 1er but provoque la furie du Z qui voulait récupérer la baballe.

Manquillo : 6/20. Oui, il avait menti sur son poids. Il a laissé trop souvent s’infiltrer le quality filtre brésilien.

N’Koulou : 12/20. Impérial dans les duels. Tranchants dans ses interventions. Des relances propres. Deux bemols : cet abandon sur corner d’Aurier qui foire sa tête et cette barbe de 10 jours. Voyons Nicolas, un peu de tenue.

Rolando : 4/20. Une main coupable, une lenteur incomensurable. Anagramme navrant de Ronaldo, le gros Brésilien en tribunes.

De Ceglie : 10/20. Une dégaine de cadre de la Défense très appréciée dans le quartier d’affaires. Paolo a un peu tiré la langue mais n’a pas démérité face à Di Maria, plutôt bien muselé.

Diarra : 18/20. Lassana, le joueur omniscient : au four, au moulin et dans le foin à besogner la fermière parisienne. On comprend pourquoi la Dèche l’a repris. Le trois poumons marseillais s’est permis, pour le fun, une battle de chiens de la casse avec Matuidi, en fin de match. Respect.

Lucas Silva : 12/20. Cumuler le blase de deux de ses adversaires, c’est culotté. Faire un match correct, face à l’armada du milieu parisien, ça mérite des encouragements.

Cabella : 12/20. Rémi s’est rappelé à sa belle époque de chez Loulou. Virevoltant, il aurait même pu être buteur si Kevin Trapp ne s’était pas retrouvé des gants.

Alessandrini : 8/20. Le match poussif du natif de Marseille se résume en deux actions : une tête difficile mais ratée et ce centre complètement dévissé en fin de match. Difficile parfois d’être hater et joueur.

Barrada : 14/20. Plusieurs observateurs voyaient son positionnement à gauche comme une erreur de Michel. Il leur a donné tort. Des bijoux de centres dont celui qui amène le but. Il provoque le péno mais ne le transforme pas. Pas la baraka mon Barra(cu)da !

Batshuayi : 14/20. A claqué son 6e but sur une jolie tête. Une frappe de mule bien repoussée par Kevin Trapp. Le fan de Bob l’éponge a bien joué en pivot et pris des initiatives. Un peu trop parfois : tu sais Mich, t’es pas tout seul à avoir droit de marquer.
Les remplaçants

Dja Djédjé : Mais où est passé le latéral droit généreux qui s’embrouillait avec le gros Gignac ?
Ocampos : A essayé mais a surtout beaucoup campé.
Sarr : A été aperçu par un stadier à errer sur le terrain après le coup de sifflet final.

Michel : 13 (comme son département). Ses Marseillais devaient périr noyés sous les trombes parisiennes, mais le toucheur de bijoux de famille en chef a fait le job avec une équipe bien organisée. Malgré un coaching inefficace, une défaite plutôt sévère pour ses petits qui repartent avec zéro point mais quelques certitudes dans le jeu. Visage fermée en conf’ de presse d’après-match, l’Espagnol restait plutôt bon joueur magré le sort. Michel Vaillant.


L’arbitre, M. Benoît Bastien : 20/20. Généralement, ceux qui ont un prénom en nom de famille sont un peu nerveux. Guy Georges par exemple. Cela s’explique. Imagine toi toute ta vie, depuis la plus petite enfance, être obligé de préciser systématiquement, dans le moindre service public ou scolaire, que ton nom c’est Bastien et ton prénom Benoît. De remettre les choses en place à chaque confusion. Bref, Benoît nous a fait le match parfait. Pas de cartons inutiles, trois pénalty sifflés. Dans un match comme celui-ci, il faut du courage et une bonne vision. Il avait les deux.


Homme du match : Iron Man.

 

 

2 commentaires

Nas | 5 octobre 2015 à 18 h 23 min Répondre

Lu et approuvé

Cazalopez | 5 octobre 2015 à 15 h 16 min Répondre

J rajoute 2 pts de plus ) Mamanda pour la parade sur Pastore et en enleve 4 à Michi pour ce tacle long de ligne qui entraine le premier but!

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *