Contre Son Camp Rien à foot

PSG – Sainté : le bulletin de notes

Breizh Maduiti |  26 octobre 2015

chagrin-d-ecole. NOTESPSG-Saint-Étienne : 4-1
BUTS. Paris : Kurzawa (24e), Cavani (48e), Ibrahimovic (67e), Lucas (87e). Saint-Étienne : Verratti csc (74e)

Le match

Quatre pions, sept points d’avance et une Bayern Münich pour le PSG. La rencontre entre une belle équipe B, dominatrice, voire impériale sur certaines séquences, et des joueurs limités et sans idées. Le gloubiboulga madrilène est presque oublié. La soupe verte reste toujours aussi fadasse.

Les joueurs

Paris

Trapp : 14. Sur son nuage. Like a diamond dans ses buts. Même quand il va chercher la balle au fond de ses filets, il lâche des clins d’oeil de BG.

Van der Wiel : 10. Des éclairs de technique dans un ciel d’approximations, aussi nombreuses que ses tatouages.

Marquinhos : 12. Toujours souriant, souvent inspiré, sauf sur cette relance dégueu’ dans l’axe où il cherche sans doute à faire passer son numéro 24 pour un con.

Thiago Silva : 15. Un sens du placement exceptionnel. À défaut de donner des cours, il a voulu lui aussi marquer. Son rush rageur n’a pas abouti.

Kurzawa : 14. Un but version Championship anglais et de l’apport offensif. Pas de quoi cependant faire oublier le concurrent de Jacques-Vabre.

Thiago Motta : 13. Une coupe des quartiers nord de Milan. Comme souvent élégant dans la passe, à défaut d’être transcendant.

Rabiot : 11. Adrien, tu restes un enfant dans les jupes de maman. De la fougue, une réelle volonté de faire plaisir à tes darons de devant, mais combien de passes dans le mauvais timing ? Ouvre les yeux ou coupe ta mèche, bordel ! Remplacé par Matuidi, impatient d’aller galoper et presque buteur.

Verratti : 20. le joueur préféré des supporters a une fois de plus été énorme. Humiliant pour ses adversaires, mort de faim quand il s’agit d’aller chercher la passe D pour Layvin la casquette. En l’honneur de CSC, il a propulsé un joli tibia dans ses cages. Grazie Marco ! Un bien bel ambassadeur.

Di Maria : 15. Des bijoux de centres (tu deviens quoi Nanard?) et un pied gauche d’esthète. N’a pas marqué mais a régalé. Et c’est déjà pas mal.

Ibrahimovic : 16. Forez addict. Du jus comme on ne lui avait pas vu depuis longtemps et cette vista toujours hors norme. Une bête blessée, même en fin de course, reste un redoutable prédateur. Son 7e but et sa passe en témoignent. Remplacé par Lucas zigzag man, buteur de la tête. Eh oui, de la tête.

Cavani : 15. Toujours très câlin d’après-but, El Matador retrouve ses sensas’ d’avant-centre. Et comme tonton Zlatan a décidé de l’aimer cette année, il lui rend la pareille. De quoi faire sortir, la conscience tranquille,  Lavezzi de la piste de danse pour 10 minutes.

Saint-Étienne

Ruffier : 10. Loin d’être impec’ sur les buts de Kurzawa et Lucas. Solide, presque héroïque sinon. Mais bon dieu, Steph, crache ton chewing-gum. C’est vraiment pas joli dans les chicots quand tu places ta défense.

Assou-Ekotto : 8. Le Bob Marley des Verts a bien écoulé sa came côté gauche, avant d’être débordé par ses clients.

Perrin : 6. Plus Francis que Loïc ce soir. Se troue au départ du deuxième but parisien, prend un vilain p’tit pont. En plus, le meilleur buteur vert n’a pas marqué. Black night.

Sall : 6. Dans son mano-a-mano avec son Z préféré, il a assuré. Mais dans tous les autres, en particulier avec Cavani, il a été très très sale. Remplacé, visiblement blessé, par Pogba, un poil meilleur. Même si en terme capillaire, le mauvais goût reste familial.

Clerc : 7. Julien sans piano ce soir. Doublé à la course par Kurzawa, intercepté à chaque relance chaude. Il compense à peine par son apport offensif.

Lemoine : 12. Avait enfilé l’habit de bon joueur de Ligue 1. Deux frappes de mule, heureux au grattage. Remplacé par Pinheiro. Petit zizi en portugais ?

Diomandé : 5…l’addition, svp. Une prestation tord-boyau. Brouillon au possible comme cette tentative de passe où il… tacle un adversaire.

Eyserric : 10. Une frappe bien sentie. En somme, comme à Nice, des promesses mais jamais dans la bonne équipe au bon moment. Remplacé par Bahebeck, de retour chez lui. Après deux-trois percussions, JC a assisté à la fin de rencontre en présidentielles.

Monnet-Paquet : 5. A acheté des Bahebeck avec la monnaie du  paquet de clopes du président Romeyer. Vu au bureau de tabac mais pas sur le terrain.

Hamouma : 12. A confirmé son statut de meilleur joueur de son club. Mais courir dans le vide n’a jamais servi à rien.

Beric : 7. La Beric(honne) de Châteauroux. A vendangé sa seule occase en tirant sur le gardien. Un ball trapp slovène, dans le jargon.

 

Les entraîneurs

Blanc : 14. A fait tourner. Comme Assou mais en plus efficace et avec un bon effet à l’arrivée.

Galtier : 10. La moyenne. 20/20 pour l’accolade avec Lolo au début, 0/20 pour le match de son équipe. Ekoto lui a fait une souflette : galette.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *