Contre Son Camp Rien à foot

Real Madrid – Deportivo La Corogne, le bulletin de notes

Professeur Guilty |  9 janvier 2016

Qui est cet homme ? Indice : il est gallois et a frappé 3 fois.

Qui est cet homme ? Indice : il est gallois et a frappé 3 fois.

Acte 1 pour le Z. On ne pouvait pas passer à côté. Sur le papier, le match ressemblait à un piège. Le Deportivo, 7ème de Liga a la particularité d’avoir la 4ème meilleure attaque ainsi que d’être l’équipe qui concède le moins de frappes. Pour ce soir ce sera 5 à 0.

Buteurs : Benzema (15ème, 91ème), Bale (22ème, 49ème, 63ème).

Pour des raisons évidentes d’intérêt, seuls les madrilènes seront notés. Et Zizou. Évidemment.

Madrid en 4/3/3, comme le Barça.

Navas : 15. Un sauvetage très important en début de match à 0-0, des parades rassurantes pour le reste du temps. Jésus Navas en quelque sorte. Bémol : les relances au pied. Le ballon n’est pas son ami.

Carvajal : 16. Le mec le plus sous-coté de l’équipe. Le seul à se mettre le cul par-terre aussi. Voire le tibia, qu’il s’est fait broyer comme un vulgaire rouleau de PQ recyclable. Récompensé de ses efforts avec une passe décisive déposée sur le crâne samouraï de Gareth. Danilo peut dormir tranquille, il est loin derrière.

Pepe : 14. Livré à lui-même avec ses acolytes de défense, il a fait ce qu’il a pu.

Ramos : 14. Idem. Sorti sur blessure à la mi-temps, remplacé par Varanne (15), qui a pris les choses en main, sans pour autant trop mettre le pied.

Marcelo : 14. Le même match que d’habitude. Défensivement aussi, c’est bien ça le problème.

Kroos : 8. Ah ça…pour faire le malin avec des transversales inutiles et pour tirer les corner, on le voit. Pour aider ses potes à ne pas prendre de buts par contre, il n’y a plus personne. En 6 Tony, c’est très clair, il va falloir t’y filer plus que ça. Une passe décisive pour lui sur…sur…sur..? Un corner.

Arrête de te teindre en rousse Modric, on t'a reconnu

Arrête de te teindre en rousse Modric, on t’a reconnu

Modric : 17. Imagine toi un peu Modric avec la gueule de Beckham au lieu d’avoir celle d’Agnès Jaoui. Ben ce serait une star mondiale. Niveau CR7. Ce mec est un génie. Il casse les lignes, trouve la bonne passe, travaille sérieusement. Top.

Isco : 16. Sensiblement le même match qu’Agnès mais à gauche de Kroos. Ce poste semble mieux lui aller qu’ailier. Remplacé à la 66ème par James (non notable). Un geste diplomatique du Zinedine himself. Pleure pas James, tu as le 10 dans le dos, c’est bien déjà.

Bale : 18. 3 pions dans la musette, 2 du casque, 1 en toute décontraction du gauche, placé, repris sans contrôle. Juste histoire de bien la mettre à Cristiano. Remplacé par Jesé à la 74ème. Le croisement de Jul et de Shaqiri, ce qui est beaucoup trop pour espérer être noté. Un peu de déchet dans le jeu mais rien de méchant.

CR7: 3. Quand tu passes ta soirée à ne jouer que pour ta gueule et qu’en plus tu trouves le moyen de prendre la tête à Bale sur sa seule frappe un peu improbable et que pour finir tu râles à moitié parce que Benzema marque à ta place, dans un match où tout le monde joue pour son nouveau coach : tu prouves une fois de plus à la face du monde que tu n’as rien compris au football. Ta licence de tennis t’attend. Sinon pour info, il a tout raté.

Benzema : 12. Normalement tu te dis que se prendre 12 alors qu’il a marqué 2 buts, ça sent l’embrouille. Mais non en fait. Rim-K a fait preuve de maladresse, d’un manque d’impact évident, d’un peu de tout et de rien. On peut quand même saluer l’ouverture du score qui libère son père spirituel.

Zidane : 15. Déjà, il a resserré le groupe. Tout le monde tire dans le même sens. C’est un bon point dans un club comme Madrid. D’un point de vue purement tactique, il n’y a pas de quoi sauter au plafond. Offensivement, ok. Ça part dans tous les sens, les deux 8 autour de Kroos apportent énormément et la BBC permutte sans cesse. Là où le bas blesse, c’est lorsque Madrid perd la balle. À partir de ce moment-là c’est chacun pour soi et Dieu pour tous. Plus rien. Pas un pour rattraper l’autre. Oualou. Sur chaque offensive adverse, il y avait danger. Le Real a concédé 18 tirs soit environ l’équivalent de 6 matchs de Manchester United, a finalement assez peu tenu le ballon (53%). Bref, c’est bien moins consistant que ce que le score laisse penser. Côté pressing, il fut difficile d’y voir clair. On ne sent pas une idée particulière.

Zizou, il y a du travail.

Encore heureux. S’il suffisait de faire 3 entraînements pour métamorphoser une équipe, on en changerait toutes les semaines.

Homme du match : Gareth.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *