Contre Son Camp Rien à foot

Sainté-OL : tops et flops

Breizh Maduiti |  18 janvier 2016

Saint-Étienne-Lyon : 1-0
But : Söderlung (76e)

Entre Paname et la Corrèze, sans stress mais avec une pression, Breizh et le Doc te livrent leurs coups de coeur et de boule, devant le derby rhônalpin. Comme un dimanche soir devant le film de TF1, ça vole pas haut mais on passe un bon moment. Et surtout, ça détend après quelques purges.

Breizh Maduiti

Comme les Lyonnais, je suis à chaque fois à deux doigts de conclure, mais ça ne marche pas.

Comme les Lyonnais, je suis à chaque fois à deux doigts de conclure, mais ça ne marche pas.

J’ai aimé

• Le Chaudron. Le 12e homme, pas un vain mot quand t’as un 11 aussi médiocre. Des gars torse poil, des fumigènes, des cris anti-Lyonnais. Tellement old school ce peuple vert mais quel bonheur cette ambiance loin des habituels stades aseptisés. Assurément public n°1 de France devant Nantes.

• Soderlüng. ll est Norvégien, roux, a une trogne de geek et pas de talent apparent. Un but plus tard, c’est un Viking, blond vénitien, avec une gueule d’amour et pétri de qualités. Ah le foot…

• Le match. Vraiment plaisant. La Ligue 1 va devenir plus intéressante que la Premier League, si ça continue. Une remise en cause de l’autre côté de la Manche ou on continue à offrir des derbys pourris comme Liverpool-MU ?

• Laurent Paganelli et cette surréaliste interview du buteur de jour. Shakespeare passe pour la deuxième fois l’arme à gauche, Margotton se marre et Paga s’en branle avec le fou rire.

• Monnet-Paquet. Le Usain bolt des couloirs de Ligue 1 sais courir mais aussi tacler. Sa grinta permet au p’tit nouveau d’inscrire le but vainqueur.

• Ghezzal. Le jeune Rachid a fait l’étalage de toute sa classe. Contrôles orientés, passes dans le tempo, frappes. Sa promotion genesienne pourrait en faire le Fékir 2016 ? Possible mais gare à la blessure.

• Ruffier. Quand Stéphane ne joue pas contre des joueurs amateurs, il reste le gardien taiseux, souvent impérial sur sa ligne et ses sorties. Bref, la star de son équipe.

Je n’ai pas aimé

• Voir Saint-Étienne gagner. Un scandale au vu de cette prestation indigne. Un sang-froid italien diront ceux qui veulent voir le verre à moitié plein.

• Le réalisme lyonnais. Quand on produit du beau jeu et qu’on campe autant dans la surface adverse, la moindre des choses, c’est de savoir conclure. Les Gônes, Jean-Claude Dusse du championnat ?

• Lemoine. Hargneux et coiffé comme un caniche à poil ras, le délégué de classe des bons joueurs de Ligue 1 n’était pas d’humeur très catholique. Sorti à la 75e. Il était temps. Le rouge n’était pas loin.

• Galtier qui approuve l’analyse pisse-froid de Duga sur le niveau odieux de son équipe dans le débrief d’après-match de Canal. Vingt ans plus tôt, la plus belle doudoune de Ligue 1 lui aurait soit collé une boule, avant de lui rappeler ses exploits au Barça. Tu te ramollis avec l’âge, Galette !

• Valbuena. Plus habile avec le mode vidéo sur son portable qu’avec la fonction décisive à l’OL. Petit vélo, remplaçant ce soir, va devoir changer de plateau s’il veut voir l’Euro.

Polomat/Tolisso. L’acte I à Gerland avait été riche en punchlines. Le second, inexistant. C’est un derby les gars. On n’est plus au lycée ! Soyez cons, bordel !

Docteur Cevan Bommel

Air Beauvue, en route pour Vigo, se marre en passant au-dessus du Chaudron, tout en évitant un dégagement de Florentin Pogba...

Air Beauvue, en route pour Vigo, se marre en passant au-dessus du Chaudron, tout en évitant un dégagement de Florentin Pogba…

J’ai aimé

• L’intox lyonnaise : Gonalons soit-disant mort et enterré, présent ! Le come-back surprise qui va perturber le jeu de l’ASSE. Huuum, quel jeu ?

• Voir KMP faire un tacle et une belle déviation pour offrir le but pour le petit nouveau, Söderlung. Quelle générosité ! KMP, c’est un superhéros : ce n’est pas le meilleur, mais il est toujours vaillant, prêt à se sacrifier et parfois, il se sublime. KMP c’est Invisible Girl.

• Un bon arbitrage de Turpin, ça a le mérite de se remarquer.

• L’OL qui se prend pour le Barça : 71% de possession mais pas moyen de mettre en danger Ruffier. Fournier et Beauvue rigolent.

Je n’ai pas aimé

• Sans Hamouma, il ne restait que « touche pas à mon pote » : solidarité et combat. L’équipe s’est positionnée en braquage à l’italienne : béton et long ballons. 61% de passes réussies. Comme en DHR. Un derby ne se joue pas, ça se gagne. Le truc, c’est que l’ASSE de Galtier considère peut-être tout les matchs comme des derbys ?

• Lacazette, qui n’a pas été brillant mais plus Briand. Circonstances aggravantes, c’était face à Pogba et Sall.

• Bahebeck, qui se voit dans l’équipe de joueurs interchangeables de Saint-Étienne. Et c’est moche.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *