Contre Son Camp Rien à foot

Stade Rennais – PSG : le bulletin de notes

Professeur Guilty |  31 octobre 2015

chagrin-d-ecole. NOTES

 

 

Entre une équipe qui pouvait compter 10 points d’avance sur le terrifiant SCO d’Angers tout en jouant avec les coiffeurs et une autre qui ne sait jamais ce qu’elle fait, on ne pouvait forcément pas s’attendre à du football.

Victoire de Paris 1 à 0. Di Maria, 75ème.

Le Roazhon Park : 17/20. Joli tifo, des chants ininterrompus, dommage pour les bretons venus à bloc.


Commentateurs (BeIn sports) : 07/20. Le duo Di Meco/Josse est par défaut très peu supportable alors imagine toi quand il n’y a rien à commenter.


Rennes : 4/4/0 façon optimisme du suicidaire.

Pour le bon travail collectif, l’équipe est notée d’un coup de cuillère à pot.

20/20. Artistiquement, un beau ballet. Une très jolie ligne de 4 joueurs à 15 mètres de leur but, bien parallèle à une autre ligne de 4 milieux, 5 mètres devant. Le tout pendant 95 minutes. Les gars, vous êtes prêts pour la natation synchronisée.

Les remplaçants : Non.

Philippe Montanier : 0/20. Un choix fort alors que Paris faisait allègrement tourner : baisser le slip avant que ça commence et attendre la galette saucisse. Si c’est pour faire ça, autant s’appeler Pablo Correa et être payé au Smic.


Paris Saint-Germain. 4/3/3 façon surprise du chef.

Trapp : non notable. Comme tous les chômeurs en ce 29 novembre, il est allé s’actualiser sur le site de pôle emploi.

Van der Wiel : 8/20. Telle une biche, il a gentiment gambadé sur son côté de façon très inoffensive, presque émouvante même.

Aurier : 18/20. Positionné en 5 ce soir, Serge à tout pété. Il a un David Luiz dans chaque jambe. -2 pts pour quelques relances un peu chaudes sinon c’était le perfect.

Tiago Silva : 15/20. Il a laissé Serge se faire plaisir et s’est contenté de relancer proprement.

Maxwell : 15/20. Un latéral en Ligue 1 qui touche environ 80 ballons en allant de l’avant tu trouves pas ça fun ? Quelques soucis de centre pour être tatillon.

Matuidi : 6/20. Bon décrassage pour préparer Madrid.

Stambouli : 4/20. Le Cabaye 2.0. Est sorti pour aller chez le psychologue et contacter Blackburn pour cet hiver. Blackburn qui signifie tout simplement les « couilles noires » en français.

Rabiot : 15/20. Comme tout adolescent rebel, Adrien fait uniquement lorsqu’il a envie. Une fois parti, il a été intenable. Des longues chevauchées cheveux au vent en hommage au cancer de Cruyff officialisé dans la semaine.

DI Maria : 12/20. Annoncé à droite, il a joué totalement libéré sans pour autant être précis. Son but lui sauve le match.

Lucas : 12/20. Peut-on être inquiet de voir ce brave homme avoir du mal à passer en dribbles face à Rennes ? Passe déc’ pour lui quand même, faut pas déconner.

Lavezzi : 11/20. Pocho a physiquement pris 10 ans depuis qu’il est arrivé à Paris à force de festoyer. Sa générosité est intacte, son mauvais placement en 9 aussi.

Remplaçants : Thiago Motta et Verratti 17/20. Ils ont tout renversé sur la table en arrivant. Des vrais cochons. Évidemment Thiago a trouvé le moyen de s’embrouiller avec Doucouré et de lui lancer quelques mots fleuris pour finalement lui gerber en plein visage une qualité de jeu que le rennais n’effleurera même pas 10 minutes dans sa carrière. Salaud.

Laurent Blanc : 18/20. Tellement en confiance que Lolo s’en bat les couilles maintenant. Aurier en 5, Lavezzi en 9, Ibrahimovic, Motta, Verratti sur le banc, Cavani à la maison. Roule Lolo, ne respecte pas la Ligue 1, elle ne joue pas le jeu.


L’arbitre, M.Fredy Fautrel : Non notable. Arbitre seulement. Les notables étaient dans les tribunes.


Homme du match : Mister Big Serge.

 

 

 

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *