Contre Son Camp Rien à foot

Penelope gate : le foot dans la partie

Professeur Guilty |  3 février 2017

Le roi et la reine, essayant de sourire

Le roi et la reine, essayant de sourire

On ne parle plus que de ça. François Fillon, candidat Les républicains à la présidence de la république, est au fond du trou. Et plus il se débat, plus il s’enfonce. Chaque jour une nouvelle révélation, accablant encore plus le couple princier. Contre son camp apporte sa pierre à l’édifice avec une nouvelle affaire. De 1997 à 2011, Pene’ avait un contrat lourdement rémunéré au sein du club local, Le Mans FC, non loin du fief filloniste.

Bandeau, tracteur, tisanes

Michel Aubamot, responsable éditorial du magazine « Fonds publics, c’est fantastique ! » a mené son enquête et nous livre son verdict : non coupable. Ses explications : « Avant tout, je tiens à dire toute l’admiration que j’ai pour François, un vrai coq français. La tête haute malgré les pieds dans la merde. Une telle abnégation pour s’accrocher à son rêve de s’asseoir sur le trône, c’est remarquable. Concernant sa femme, oui, c’est vrai, elle a eu un emploi au sein du Mans FC de 1997 à 2011. Pas totalement fictif. Elle avait précisément trois missions quasi quotidiennes. La première : coiffeuse. Coiffeuse particulière de Gervinho. Vous le savez, sous son bandeau légendaire se cache une incroyable calvitie. Et bien Pénélope, tous les matins et les jours de matchs, lui ajustait le bandeau. A y réfléchir, ce n’était pas vraiment un poste de coiffeuse, mais plutôt un poste de « metteuse de bandeau ». Sous les encouragements de son mari, elle tondait aussi la pelouse. Sur un tracteur climatisé, fermé, équipé d’un ensemble Böse pour écouter de la musique classique. Cet engin a coûté 1 200 000 euros à la ville. Par contre, elle tond très bien et montre une patience remarquable. Troisième emploi, « théiste ». C’était elle en personne qui conseillait thés et tisanes à l’ensemble du personnel. Une vraie bible sur le sujet. Il lui arrivait aussi de lire des passages de Shakespear, auteur qu’elle a étudié à la faculté pendant « son emploi d’assistante parlementaire ». L’ensemble de ses prestations étaient facturées 800 000 euros mensuels, fiche de paye au nom de François. Rien d’illégal donc. Par contre, pour ses enfants c’est un peu moins clairs. Ils percevaient 5 000 euros chacun tous les mois juste pour assister aux matchs à domicile.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *