Contre Son Camp Rien à foot

Prime pieds carrés : merci Mister T

Breizh Maduiti |  3 décembre 2015

Jolis pieds, mon Edinson. ! Carrés mais vraiment bien dessinés.

Jolis pieds, mon Edinson ! Carrés mais vraiment jolis.

La Ligue 1 retombe dans ses travers de championnat le moins spectaculaire d’Europe et, pour une fois, elle en assume totalement la responsabilité. Les trois (0-0) en autant de matches avancés de cette 16e journée auraient dû mettre la puce à l’oreille aux suiveurs les plus assidus. L’excuse du milieu de semaine a pourtant  été avancée. Blanc et Fournier, pourtant habitués aux matchs couperets du mardi, ont fait leur Droopy. Une belle opération com’ car, comme diraient Scully et Mulder, la vérité est ailleurs. Dans une sombre prime pieds carrés, en l’occurrence. Cette invention de Frédéric Thiriez, l’ineffable président de la LFP, récompense les attaquants maladroits. Toute déferlante de but est sévèrement sanctionnée. Marseille et Monaco partent, depuis l’instauration de cette prime, dimanche soir – calendrier coquin quand tu nous tiens – avec un sacré malus.

Sus au football champagne
Pour d’autres, c’est la fête au village. Les chasseurs de buts patauds vont bientôt voir leurs comptes exploser. Gilles Sunu a reçu les félicitations de Moustache dans les couloirs de Jean-Bouin, pour cette splendide passe ratée au moment où les Angevins contre-attaquaient à trois contre un face au PSG. Edinson Cavani, en pôle position pour la récompense du mois, a eu aussi droit à un clin d’oeil de Fredo. Quant à Michel der Zakarian, l’entraîneur nantais, son pétage de plomb envers l’arbitre assistant pour un pénalty (imaginaire) non sifflé, assortie d’un carton rouge, pourrait lui valoir plus qu’un match de suspension. « Si Monsieur le canari veut un championnat avec des buts, qu’il s’envole pour l’Allemagne où c’est la fête du slip ! Vive La Défense, vive le Cac 40 et vive la France !  » a tonné; hors sujet, le sémillant président de la Ligue. Les taupes 50 de CSC ont creusé encore plus loin. L’institution plancherait sur la suppression pure et simple des attaquants de pointe. « Nous allons avoir affaire à tous ces gauchos des syndicats de joueurs. Je vais bien verrouiller le dossier avec mes amis avocats pour être sûr de gagner. C’est fini le football champagne. Même a Reims », s’est gondolé Mister T, dans une boutade finale.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *