Contre Son Camp Rien à foot

Santini, piètre acteur et faux mou

Breizh Maduiti |  20 février 2017

Il est venu coller son mètre 90 deux fois

Et il est fier, en plus

Et il est fier, en plus

sur le pauvre Soumaoro. Le Lillois l’a dégagé juste ce qu’il faut mais sans vraiment jouer le déménageur. Écroulade sur – exagérée du Croate et rouge. Victoire du provocateur sur l’innocent. Heureusement les dieux du foot ont eu le sens de la justice,  pour une fois, en offrant la victoire (1-0) aux Dogues à l’extérieur à 10 contre 11.

La confession et le gage
La tourelle offensive de Malherbe au même blase que l’ancien sélectionneur des Bleus serait allé tenter d’expier son péché une fois le match terminé. Dans le rôle du prêtre…Jacques Santini, justement ! CSC avait planqué un mic’ dans le confessionnal, en l’espèce un PMU de Ouistreham sur la côte basse-normande. Jacques : « Ivan, tu as sali notre nom. Au-delà des Santini, tu jettes l’opprobre sur tous les yeux globuleux de France dont je fais partie. Noys allons être aussi ostracisés que le roux si ça continue. J’avais réussi à élever notre patronyme en synonyme de molesse sympathique. Tu nous fais passer désormais pour des filous malhonnêtes. Tu es bien un digne héritier de certains de tes compatriotes. Slaven Bilic avait lui au moins eu la classe de le faire en demi-finale d’un mondial face au pays hôte. Toi tu remets ça dans un match tout pourri de bas de classement de Ligue 1. Ce n’est pas tout à ton honneur. En même temps, faute avouée, faute à demi-pardonnée. Tu auras donc un gage. Tu devras dégonfler la doudoune de ton coach Patrick Garande pour le prochain match sans te faire prendre. Et tu seras absous. Bonne chance à toi ! »

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *